AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionPortail

Partagez | 
 

 Carlisle Cullen [VALIDEE] [MAJ au 26/07/2010]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carlisle Cullen
Famille Cullen: Admin
avatar

Messages : 976
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 377
Localisation : Forks

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Résistance à l'attrait du sang et compassion

MessageSujet: Carlisle Cullen [VALIDEE] [MAJ au 26/07/2010]   Lun 13 Avr - 0:06

VOUS

Age réel: 25 ans
Votre expérience en RPG:

J'en fais depuis que je suis au berceau alors...

Comment vous avez découvert le forum ? J’en suis l’admin mdr
Avez vous lu les livres ? Si oui, jusqu'à quel tome ? Tous lu et relu. Film tous vu.

PERSONNAGE

Nom : Cullen
Prénom : Carlisle
Surnom (facultatif) :
Condition: Vampire
Sexe : Masculin
Age réel : 368
Age lors de transformation : 23
Lieu de résidence : Forks
Date et lieu de naissance : 1640 à Londres
Alimentation: Végétarien
Don (pour les vampires. Facultatif): Je n'en ai pas sauf si vous considérez la compassion et la résistance à l'attrait du sang comme un don

Caractère, (qualités et défauts):

Je suis un non violent convaincu, mais n'hésite pas à protéger ceux que j'aime par tout les moyens qui soit.
Je me mets toujours à la place des gens avec qui je parle, ce qui fait que je passe souvent pour quelqu'un de compatissant. J'essaie d'aider tout ceux que je peux, que ce soit dans mon métier (je suis médecin) ou dans la vie. Je suis le chef de la famille des Cullen, ce qui me doit autorité et respect, mais je n'en abuse pas, préférant toujours leur demander l'avis de ma femme et mes enfants avant de prendre une décision.
Dans mon travail, j'apporte une grande attention au bien être de mes patients, et ce que j'aime par dessus tout, c'est quand mes facultés vampiriques aident à soigner quelqu'un.
A fond de moi, je pense que je suis quelqu'un d'assez tourmenté. J'ai du mal à accepter cette envie de sang omniprésente (même si je suis celui qui résiste le mieux, cela ne veut pas dire que je n'en ai pas envie) et ma condition de vampire.
J'apprécie particulièrement mon métier, qui me permets d'expier mes pêchés et pendant mes temps libres, je ne suis jamais contre un match de baseball (je suis ce sport depuis sa création ou presque) ou de foot.
Je suis attentif aux autres et à leurs besoins. Je suis tendre et aimant envers ma femme et ma famille et donnerais tout pour elles.
Je suis patient, calme, posé et réfléchi, je tourne toujours sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler et j'analyse la situation avant d'agir.
Ma compassion est ce qu'il y a de plus flagrants chez moi. Il faut toujours que je me mette du côté des opprimés.
J'ai tendance à trop faire confiance aux gens et cela me joue des tours parfois
Je suis parfois trop protecteur en particulier avec Esmée
Je suis têtu. Beaucoup on essayé de me faire changer d'avis mais quand j'ai choisi quelque chose, je m'y tiens (n'est ce pas, Aro ?)

Description physique:

On dit de moi que je ressemble à un mannequin malgré mes cernes éternelles. Je suis blond, les cheveux courts et les yeux de la couleur de l'or fondu quand je suis bien nourri (noir autrement)
J'ai la peau aussi dure que du marbre et pâle comme tous les membres de mon espèce. Je suis assez musclé même si je ne vaux pas mon fils Emmett de ce côté là. Je suis plutôt grand puisque je fais environ 1m80. J'ai une odeur de chèvrefeuille, de hêtre, de lavande de mer, de genévrier, de menthe et une légère odeur salée qui reste depuis que j'ai nagé jusqu'en France

Histoire:

Sa mère est morte à sa naissance et son père, pasteur anglican, était un chasseur de sorcières, de loups garous et de vampires. Il a aussi persécuté les catholiques lors de la prise de pouvoir des protestants. Carlisle, suivant l'exemple de son père a fini par découvrir une vraie bande de vampire qui se cachait dans les égouts. Le bon peuple a rassemblé fourche et torche pour s’embusquer et attendre l’apparition des vampires. Un vampire vieux et affamé apparut et Carlisle l’entend prévenir les autres en latin en sentant la foule.
Il s’enfui et Carlisle le poursuit du haut de ses 23 ans (1663).
Le vampire s’est retourné et attaqué Carlisle. Mais les renforts arrivèrent et il dû se défendre. Il tue deux hommes et en kidnappe un troisième laissant Carlisle sur les pavés dans une mare de sang.
Pour ne pas être brûlé vif par son père (il avait été « contaminé ») il rampe jusqu’à une cave et s’enfouit sous un tas de pommes de terre pourries pendant trois jours sans un bruit. Il comprend ce qu’il est devenu juste après.

Il essaya de se détruire avec acharnement. Il a eut beaucoup de mal à s’habituer à sa condition de vampire. Il a tenté de se tuer par tous les moyens (sautant des falaises, se noyant dans l’océan, ne se nourrissant pas) Il se dégoûte.
Il se tenait de plus en plus à l’écart des humains à mesure que la faim augmentait (car il ne se nourrit pas). Pendant des mois, il ne sort pas le jour.
Une nuit, un troupeau de cerf passe près de sa cachette et il attaque sans réfléchir. Voyant revenir ses forces, il comprend alors qu’il peut se nourrir d’animaux comme lorsqu’il était humain.
Dans les mois suivants, il se retrouve, développant peu à peu sa nouvelle philosophie de vie.
Avide de connaissance, il étudie la nuit, médite le jour.

Il traverse la Manche à la nage et débarque en France, où il passe les quarante premières années de sa vie de vampire à errer, loin des humains et de tous. Il passait la plupart du temps, juché sur les toits de l’Université de Paris, changeant de bâtiment au gré de ses envies, passant de la théologie à la médecine, sans oublier le droit. Au bout de quelques mois, il était déjà devenu bilingue anglais français et s’intéressait de plus en plus à la médecine.
L’immense forêt de Rambouillet, lui permettait de chasser à sa soif, et il pouvait alors, retourner sur les toits, où les odeurs des humains l’atteignaient sans être trop tentantes. Il passait mon temps « libre » dans le clocher d’une chapelle, sans qu’aucun humain de l’ait jamais remarqué.

Mais il se lassa bien vite au fil des années, d’entendre les mêmes cours et de vivre cette routine isolée. Au bout de trois ans, il se mis à errer sur les routes de France, descendant peu à peu vers le Sud, s’arrêtant dans les villes qu'il trouvait intéressantes notamment Reims qui jouissait d’une énorme Université. Il s’était ensuite établi quelques temps à Dole, ou bien Avignon pour la même raison.
La difficulté consistait à présent d’éviter le soleil qui était de plus en plus présent à mesure qu'il descendait dans le bas de la France.
Il était sans cesse recouvert d’une longue cape noire qui ne laissait pas passer les rayons du soleil. Ainsi,il pouvait parfois passer plusieurs années dans une ville qu'il appréciait. Il était avide de connaissance. Chaque information qu'il entendait était enregistrée dans son cerveau, ce qui le fascinait. Le cerveau vampirique semblait pouvoir contenir des tonnes et des tonnes de données.

Sans tout à fait s’en rendre compte, il passa la frontière franco italienne. La misère et la faim étaient partout dans ce pays qui ne parvenait pas à se relever de l’épidémie de peste qui l’avait ravagé cinquante ans auparavant.
Cela dit, il fut tout de suite attiré par la puissance culturelle de ce pays qui recelait plus de peintres, d’écrivains et de philosophes qu'il n’en avait jamais vu. Le contrôle de sa soif, commençant à être meilleure, il allait parfois jusqu’à s’inscrire dans des bibliothèques pour emprunter des livres qu'il dévorait en une nuit. Il découvrit les joies de l’architecture, et du raffinement, et cela ne faisait qu’augmenter alors qu'il continuait sa descente inexorable vers le Sud.
La langue italienne, ne fut pas bien difficile à apprendre. Il passait toujours la plupart de ses journées sur les toits mais descendait dans les rues de plus en plus fréquemment.
Il aimait particulièrement la ville de Venise qui rayonnait alors dans tout ces domaines et supplantait toutes les villes qu'il avait pu visiter jusque là. Il y découvris notamment le théâtre publique, chose qu'il n’avait jamais vu. Il passa alors de longue soirée à les voir jouer, perché sur la bâtisse en face de la scène, les observant comme s'il était au premier rang.

Laissant avec regret cette ville merveilleuse, trop curieux de découvrir de nouvelle chose pour y rester plus longtemps, il atteignit rapidement la ville de Bologne où il s’extasia devant le nombre d’établissement religieux. Il était toujours profondément croyant, et ce fut pour lui une période où il redécouvrit les messes en latin, et l’abnégation à Dieu.
Il trouvait dans sa foi, une certaine explication à sa vie actuelle. Ce n’était qu’un test de sa croyance. S'il ne l’abandonnait pas, Dieu le guiderait et le protégerait toujours. Il en était persuadé.

Continuant son périple, sans avoir de but précis, il s’arrêta quelques temps à Florence avant d’arriver à Volterra. Il ne voulait pas particulièrement m’arrêter dans cette ville, mais était étonné de sentir autant d’odeurs de vampire en pleine ville et en pleine journée. Ce fut eux qui le trouvèrent cependant.

C’est alors qu’un peu après 1700, il rencontra les Volturi. La méfiance laissa rapidement place à l’admiration.
Je découvrais une nouvelle façon de vivre. Plus raffinée. Plus facile. Ils vivaient dans les souterrains de Volterra, comme les vampires londoniens que je connaissais. Mais ils ne pataugeaient pas dans les égouts… Non… Ils avaient construits des espaces incroyables sous terre. D’immenses salles de bals, des quartiers pour chacun. Une véritable ville souterraine.
Alors qu’ils l’emmenaient voir leur chef, il s’émerveillait devant le sol en marbre, les colonnes démesurées et les tableaux de toutes époques qui ornaient les murs. Et puis, soudain, il découvrit une pièce énorme, comme une salle de trône, au milieu de laquelle, trois sièges, dominaient l’assistance.
Il avait aussitôt apprécié les trois vampires qui étaient assis sur chacun des fauteuils finement ouvragés.
Il les admirait pour leur manière de vivre, pour leur richesse et leur éducation. Ils semblaient sans âge, comme s’ils étaient sur Terre depuis la nuit des temps.
Après de longues heures d’entretien, la conversation porta essentiellement sur ses dogmes. Aro était intéressé, par sa conviction à ne pas tuer d’être humain. Il n’avait jamais vu de vampire avec les yeux dorés comme les siens. S'il savait qu'il n’avait pas les yeux habituellement rouges de cette espèce, il croyait que c’était là comme une chose naturelle, comme l’humain a les yeux bleus plutôt que marrons. Apparemment, ce n’était pas le cas, mais plutôt une spécificité inhérente à son régime alimentaire. Étonnant.

Ainsi, fut-il accepté parmi eux. Ils trouvaient chacun leur compte.
Les Volturi, pouvaient l’interroger sur les raisons de ses choix.. Sur sa vie, bien qu’Aro connusse ses pensées grâce à son don. Et surtout, ils étaient curieux de savoir si c’était un don, ou juste de la volonté.
Carlisle, trouvait de la compagnie et apprenait à mieux connaître l’être qu'il était devenu et la règle qu'il avait suivi sans la connaître : Ne pas se montrer aux humains. Ne pas qu’ils sachent qu'ils existaient. Il profitait aussi de leur culture, et de leur raffinement pour évoluer.

Un siècle plus tard, il alla en Amérique espérant trouver un vampire végétarien comme lui. Il était extrêmement seul. Les croyances ayant changé, il pouvait à présent se mêler aux humains et pratiquer la médecine. Cependant, il ne pouvait prendre le risque de se lier à eux. Il lui fallu deux siècles d’efforts déchirants pour parvenir à exercer un total contrôle sur lui-même.

Il arriva en Amérique, à New York, au milieu du 18é siècle. Pas encore sûr de lui, il passa plusieurs années à étudier, et surtout à parfaire le contrôle de sa soif. Il approfondissait ses connaissances nuit et jour en particulier sur la médecine, la vocation ayant germé en Italie. Il voulait aider les gens. Les sauver. Tout le contraire de ce que faisaient Aro et les Volturi.
Et puis au bout de neuf ans d'études au lieu de douze, il sortis avec un diplôme passé en candidat libre de généraliste et de chirurgien. Il s'était inscrit dans la faculté de Harvard, dans le Massachussetts juste pour pouvoir faire ses stages et acquérir de l'expérience, mais il n'allait pas en cours, passant seulement les examens quand il y en avait. Les cours avançaient bien trop lentement à son goût et ainsi, il évitait le soleil le plus possible sur le campus. Il fut reçu avec les meilleures notes jamais vues par le doyen mais, en 1815 dès le diplôme en poche, il disparut, préférant aller sauver des vies plutôt que devenir professeur.
Pour se faire oublier, il passa la frontière du Canada, utilisant le français qu'il avait appris un siècle plus tôt pour faire ses premiers pas en tant que médecin au Québec.

Il changeait de ville tous les dix ans environs, allant de l'Ontario jusqu'en Alberta avant de repasser aux Etas Unis au milieu du 19é siècle. Il redescendit dans le Dakota du Nord, et longea les grands lacs pour arriver finalement en Ohio. La boucle était presque bouclée. Heureusement, les contacts entre les différents états n'étaient pas très fiables, et bien qu'ayant travaillé dans plusieurs dizaines d'hôpitaux, son identité était restée secrète.

En 1911, il exerçait au Columbus Hospital depuis plus de trois ans quand il la rencontra. Esmée. Une jeune fille qui s'était fracturé la jambe. Ils sympathisent et il se souviendra d'elle tout le temps qui les séparera jusqu'à leur nouvelle rencontre.

En 1918, il travaillait dans un hôpital de Chicago, lors de l’épidémie de grippe espagnole. La solitude le hantait et il se résolu à se créer un compagnon puisqu’il n’en trouvait pas. Mais il hésitait, ne voulant pas voler la vie d’un humain et n’étant pas sûr de la façon de procéder. Il trouva Edward mourant et ayant perdu ses deux parents. Il le transmuta.

Trois ans plus tard, en 1921, dans le Wisconsin, on lui apporta une jeune femme qui venait de sauter d'une falaise. Il reconnut aussitôt la jeune fille à la jambe cassée. Il ne put s'empêcher de la transmuter se souvenant de l'adorable fillette qu'elle était et ne voulant pas la voir mourir sans comprendre son geste.
Il se maria avec Esmée quelques mois plus tard.

Dix ans plus tard, Edward part pour tenter de chasser des humains. Carlisle et Esmée le laissent partir. Heureusement, il reviendra trois ans après.

1933 : Il trouve à moitié morte, une jeune femme sur les pavés de Rochester. La pauvre mutilée, violée et laissée pour morte est pourtant connue du médecin pour être la plus jolie jeune fille de la ville. Ne voulant pas gâcher cette vie, et souhaitant secrètement qu’elle devienne l’épouse d’Edward, il la transforme.

1935 : Rosalie lui apporte un jeune homme. Celui-ci s’était fait attaqué par un ours, et Rosalie l’a trouvé en chassant. Elle venait de le porter sur près de 100 km. Il n’eut pas la force de lui refuser de le transmuter. Emmett rejoignit donc la famille et se maria peu après avec Rosalie.

C’est environ à cette époque qu’Esmée et Carlisle endossèrent réellement le rôle de parent qui ne les quittèrent plus depuis.

Dans les années 70, Alice et Jasper rejoignent la famille, Alice ayant vu une prémonition de cette famille de vampire végétarien aux yeux dorés.

Lorsqu’Edward rencontre Bella, Carlisle le soutient du mieux qu’il peut, l’encourageant d’abord à partir pour ne pas craquer. Il soignera Bella après l’accident avec le van.
Il ne cessera de suivre les volontés d’Edward, fournissant tout les moyens à son fils de lutter contre James. Il acquiesce à sa demande de quitter Forks après l’accident de l’anniversaire de Bella bien qu’il pense que ce n’est une bonne chose ni pour elle ni pour Edward.
Lors de l’attaque des nouveaux nés de Victoria, il met de côté son pacifisme naturel pour défendre sa famille.
Cependant, il propose à une des nouveaux nés de se rendre et de l’accueillir dans la famille pour un temps afin de lui apprendre à contrôler sa soif. Malheureusement, Jane ne lui laissera pas le choix et tuera Bree. La sécurité de sa famille avant tout… Et il sait très bien qu’Aro « surveille » depuis les événements à Volterra…

Il n’a jamais eu besoin de vacances car il aime trop travailler. Il adore quand ses capacités lui permettent de sauver un patient.
Il est très croyant et espère une rédemption. Il se demande encore s’il a bien fait de condamner Edward, Esmée, Rosalie et Emmett à être vampire (je pense qu’il s’en veut d’autant plus pour Rosalie qu’elle le vit mal)
Aujourd’hui l’hôpital lui apporte une grande paix Il ne sent presque plus l’odeur du sang.


Dernière édition par Carlisle Cullen le Jeu 22 Déc - 23:20, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://univers.twilight-vampire.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Carlisle Cullen [VALIDEE] [MAJ au 26/07/2010]   Lun 13 Avr - 20:14

Like a Star @ heaven Bienvenue à toi aussi sur TON forum xD
Revenir en haut Aller en bas
 
Carlisle Cullen [VALIDEE] [MAJ au 26/07/2010]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Cullen [5/9]
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Kotei 2010
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Twilight :: Accueil :: Le secrétariat :: Fiches de personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: