AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionPortail

Partagez | 
 

 Rédaction de mes voeux, pas des plus calme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bella Swan Cullen
Humain
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 27/05/2009
Age : 27
Localisation : Forks

Carte d'identité
Condition: Humain
Don: Insensibilité aux dons psychiques. Dont celui d'Edward.

MessageSujet: Rédaction de mes voeux, pas des plus calme.   Lun 23 Nov - 17:32

Un doux son me sortit de mon sommeil. Un tintement... si discret et lointain que personne n'y aurait prêté guère à leur réveil. Mais pour moi c'était si différent, tellement plaisant à peine sortie de ma nuit. Un accord, puis un second et la mélodie raisonna comme arrière fond parfait à mon réveil. J'ouvris délicatement les yeux. Dans un premier temps la lumière m'éblouis, je mis plusieurs minutes à m'y habituer et me relevai dans mon lit. Je scrutai la pièce à la recherche de quelque chose ou plutôt de quelqu'un, mais par mon inspection il n'était pas là. Je soupirai. Il m'avait dit que dans les prochains jours il irait chasser mais n'avait pas précisé plus que ça. Je soupirai quand même et entendu un bruit sur en provenance de la porte.

« Bella ? Tu es réveillée ?, demanda gêné mon père. »

Je souris et me mis correctement en tailleur sur le lit avant de répondre à mon père.

« Oui papa, entres, dis-je d'une voix posée sereine pour un matin. »

Il entra tout penaud. Je me reculai dans le haut de mon lit le voyant s'approcher de mon lit et me faire un sourire un peu gêné et penaud. Je devinai qu'il allait aborder le sujet en question par je ne sais par quel moyen, mais le sujet allait être abordé.

Pour une fois je ne soupirai pas et restai à l'écoute de mon père en lui souriant pour le mettre à l'aise et lui montrer que moi-même j'allais bien et très sereine, ce qui me ressemblait peu à ces derniers temps.

« Euh.. Alice a téléphoné..., marmonna-t-il.
- Hum ? Elle appelle pour un essayage ?, demandai-je d'un air apaisé
-Euh non, c'est... le contraire.. Elle m'a dit qu'elle te laissait la journée...
- Oh c'est bien je vais ...
-Écoutes Bella, je ne veux pas paraître le père protecteur mais j'aimerais que tu y réfléchisses encore.. Il t'a quitté quand même. Qui dit qu'il ne...
- Non je ne veux rien entendre, le coupai-je. Écoutes papa, il a fait une erreur, il le reconnait et s'en veut, mais crois moi jamais il recommencera. Je ne peux pas te dire comme je le sais, mais je le sais. Papa je l'aime..
-Vous pourriez encore attendre.., dit-il d'un ton un peu inquiet. »

Je lui pris la main et la serrai doucement dans les miennes en lui souriant. Je comprenais tout à fait les craintes qui l'habitaient, mais je voulais les effacer et qu'il ne voit que mon bien-être et mon bonheur avant tout. Je lui souris et me redressai pour déposer un tendre baiser sur la joue.

« Ne t'en fais plus, je sais que mon choix est le bon. Je l'aime et je sais que c'est réciproque.
-Et si tu...
-.. Faisais la même bêtise que toi et maman ? C'est en faisant des bêtises qu'on apprend non ? Arrêtes de t'en faire je t'en supplie... Cette idée de mariage me rends aussi nerveuse que toi. J'essaye de voir les bons coté mais j'ai que le nombre d'invité en tête....
-Il faut que tu penses à autre chose aujourd'hui sous recommandation d'Alice.
-Oh... »

Le « recommandation d'Alice » signifiais pour moi, « tu as intérêt à t'y mettre Bella ». Je continuai à sourire même si la tâche qui m'attendait n'allait pas être des plus agréables. Mais je ne voyais pas ma journée comme une torture même si mon activité sera en référence au mariage, je serai toujours très posée.

« Et t'a-t-elle précisé sur quoi ?
-Tes vœux ... »

Je déglutis longuement devant l'air penaud de mon père. Je reconstituai un sourire passable à mon père.

« Très bien je vais m'y mettre maintenant, dis-je en sortant du lit.
-Bon alors je vais te laisser, conclu mon père. »

Je lui souris et m'avançai vers le bureau après lui avoir déposé un baiser sur la joue. Il sortit de ma chambre discrètement, je m'assis sur la chaise de mon bureau puis ouvris le second tiroir et en sortie une feuille blanche. Je la posai devant moi et pris un stylo bille.

Voilà j'étais prête, mais allais-je réussir à exprimer ce qu'il faut. C'était encore autre chose en cet instant. Comment allais-je commencer ces « vœux » ? Et qu'allais-je bien mettre dedans ? Je savais qu'il seront adressés à mon bien aimé, mais devant toute l'assemblée. C'était si gênant de m'imaginer devant une assemblée de 400 personnes et devoir déclarer mon amour à Edward devant un public.

La panique me prit sous mes réflexions et ma main qui tenait le stylo fut parcouru de tremblements. Tout mon corps se crispa dans une position qui n'allait pas tardé à me donner des courbatures.

Ma peur était en partie due à mon manque d'inspiration pour le contenu dans vœux. Bien oui que pouvais-je mettre qui ne soit ni trop personnel ni qui ne soit trop formel. Cela devait être original et un minimum rattaché à mes sentiments. C'était si dur aussi de trouver les bons mots pour exprimer tout ça. Comment devais-je m'adresser à lui ? Faire très formel ? Ou simplement lui dire comme je lui aurais dit en tête-à-tête. Lui décrire ce que je ressens en quelque mot me semblait tellement impossible. Aucun mot ne pourraient pas traduire même un quart de ce que je ressens pour Lui.

Tous ces moments, où je lui disais que je l'aimais, n'étaient pas représentatifs qu'à un centième ou même à un millième de ce que je ressens pour lui. Il me répétait sans cesse que ce que je ressens était un pale reflets de ses sentiments mais j'en doutais grandement. Il ne savait pas qu'elle était l'importance de mes sentiments pour Lui. S'il le savait à un quatrième il ne dirait pas que ce que je ressens est un pale reflet des siens.

Tout en réfléchissant à mon bien aimé et à nos moments d'intimité, le stylo écris des idées sur au quoi je pourrais écrire et avoué à Edward. De toute façon quoi que je lui dise ça sera personnel. Je voulais lui dire, quitte à le dire devant toute l'assemblée. S'il m'écoutait cela m'irait.

Après avoir écrit quelques idées sur la feuille, je commençai à rédiger le début.

« Edward,
Malgré tout ce qui a pu nous arriver, nous Je n'ai jamais cessé d'être sur de l'amour que je te portais. Tu as toujours été celui que..... »

Je me stoppai en sentant un courant d'air froid m'hérisser légèrement les poils de mes avant-bras. Je relevai les yeux de la feuille pour scrutai ma fenêtre quelque instant. Mon cœur s'emballa en un quart de seconde et un sourire illumina mon visage de bonheur. Mais quand je reposai les yeux sur ma feuille la panique d'être surprise à la rédaction de mes vœux. Je précipitai mes mains pour retournai la feuille et la cachai dans un tiroir à l'aveuglette de mon bureau.

Je frissonnai quand quelque chose de doux, d'une texture de velours et glacé la nuque pour descendre dans mon cou. Le rouge s'amplifia au niveau de mes joues, ma respiration se fit très courte et mon cœur ne fit que des ratés répétitifs. Je tournai mon visage pour regarder derrière moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rédaction de mes voeux, pas des plus calme.   Mar 24 Nov - 14:15

Une courte chasse. Je pensais rentrer plus tard, mais en réalité, j’ai été vite rassasié. Je suis rentré à toute vitesse chez moi, pressé que j’étais de revoir ma Bella. Une bonne douche, changer mes habilles couverts de sang. En sortant de chez moi, je pris la peine de saluer mes parents, mes frères et sœurs, et je quittais la maison dans ma Volvo, direction la résidence Swan. Elle devait déjà être debout, et je voulais lui faire une surprise, elle devait me croire encore à la chasse. Je garais ma voiture un peu plus loin, là où ni Charlie ni Bella ne la verrait, et me faufilait discrètement sous la fenêtre de ma fiancée. Mais elle n’était pas seule, il y avait son père, je ne pouvais pas apparaitre comme ça.

Son père avait encore des doutes quant au bon fonctionnement de leur mariage, ce qui était tout à fait normal. Il avait peur que je la quitte une nouvelle fois, que je la refasse souffrir. Mais ceci était hors de question. Je ne pouvais imaginer une vie sans elle, loin d’elle, elle était ma drogue, et je ne pouvais me résoudre à une cure de désintoxication, j’en mourrais. Pas comme ça, bien sur, mais je forcerais ces Volturi à me tuer. Je restais là, sans bouger, sans respirer, en écoutant ce que son père et elle disait. Elle était sur de moi, de la réussite de notre mariage, ce qui, si j’étais encore humain, m’aurais réchauffé le cœur. Je souris intérieurement, et entendis Charlie sortir de la chambre.

Je me dirigeais vers la porte, me disant que j’allais sonner et rentrer d’une manière adéquate dans la demeure de Mr Swan, mais je préférais faire une surprise à Bella. Le problème, c’est qu’il risquait de nous entendre parler, il fallait attendre qu’il s’en aille au poste, ce qu’il n’allait pas tarder à faire. Je l’entendais enfiler ses habilles, son arme, et sortir de la maison. Il entra dans sa voiture de fonction, et s’en alla d’une allure lente, comme si il songeait à quelque chose. Et ce n’était pas difficile à deviner. Je soupirais. Je n’avais pas fais qu’attirer des problèmes à Bella, j’avais aussi fais du mal à son père, et à sa mère. Et si je la transformais, ça serait encore plus dur pour eux. Ils ne pourraient plus la voir, de risque de voir Bella s’attaquer à eux pour leur sang. Elle ne pouvait se contrôler avant quelques mois, même Jasper avait encore du mal.

J’allais de nouveau sous sa fenêtre, et écoutais ce qu’elle faisait. Elle semblait écrire quelque chose. Je grimpais jusqu'à la fenêtre, et, sans l’ouvrir, l’observa. D’ici, je sentais déjà son sang m’appeler. Mais j’y résistais, et me contenter de la fixer. Elle ne pouvait me voir, elle me tournait le dos. Mais j’en voyais suffisamment pour déjà me sentir mieux. La fenêtre était entrouverte, comme toujours, pour me permettre d’entrer sans casser quoique ce soit. Je l’ouvris doucement, et un courant d’air frais suivit mon entrée. Elle le ressentit, car elle se tourna directement. Elle avait du deviner que j’étais arrivé. Pourtant, j’étais resté caché, elle ne m’avait pas encore aperçu. Je lu ensuite la déception sur son visage, quand elle remarqua que je n’étais pas là. Je souris, et me dirigea doucement vers elle.

Je touchais sa peau, si chaude, si réconfortante, qui aurait pu me donner des frissons. Elle se tourna vers moi, et je lui donnais un grand sourire. Je ne comprenais toujours pas ses émotions, comment elle faisait pour m’aimer, moi, un monstre sanguinaire. Je ne tue que les animaux, certes, mais j’étais un danger permanent pour elle. Pourtant, elle ne m’avait jamais accusé de quoique ce soit, elle n’avait jamais été dégoutée de moi et de ma famille, de notre façon de vivre. Au contraire, elle nous avait accepté nos différences. Elle semblait aimer ma famille, et surtout Alice. Et moi, elle m’aimait réellement, oui, mais je n’étais pas sûr que les sentiments d’une humaine pouvait être comparable à ceux d’un vampire. Nous avons l’instinct, quand est-il des humains ? Je doute que ceux-ci peuvent sentir aussi facilement l’amour se diffuser dans tout leur corps. Mais Bella était si différente de toute façon, elle résistait sans problème à mes pouvoirs de vampire. Peut-être était-ce un signe du destin, qui me montre le chemin à prendre. Et je savais que ce chemin devait se faire aux côtés de Bella, ma future femme, et probablement la future vampire.


« Bonjour ! »
Revenir en haut Aller en bas
Bella Swan Cullen
Humain
avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 27/05/2009
Age : 27
Localisation : Forks

Carte d'identité
Condition: Humain
Don: Insensibilité aux dons psychiques. Dont celui d'Edward.

MessageSujet: Re: Rédaction de mes voeux, pas des plus calme.   Lun 30 Nov - 18:42

Il était là. Debout avec un magnifique sourire aux lèvres. Ce dernier eut pour effets d'accélérer les pauvres battements de mon cœur déjà si irréguliers. Il était si beau aujourd'hui. Comme tous les jours de toute façon. Ses cheveux en bataille lui allaient si bien et lui donnaient un charme fou. Par ça simple prestance il m'éblouissait et cela devait surement l'amuser de me mettre dans tous mes états.

Je baissai les yeux pour détourner mon regard d’Edward quelques instants pour reprendre mes esprits et me levai un peu étourdie. Je me maintiens discrètement à ma chaise pour lui faire face lentement.

- Bonjour, lui répondis-je doucement avec un sourire qui illumina mon visage.

J'étais si surprise de le voir. Alice me laissait journée libre, mais pour écrire mes vœux. Je ne m'attendais pas à recevoir sa visite. Je ne m'étais pas préparée. J'étais toujours habillée d'un pantalon de joggings et un t-shirt noir qui me servait de pyjama. Je ne prenais pas vraiment garde à mon apparence, peut être aurai-je dû. Même si ce ne fut que pour Lui. Le sang de mes joues commença à bouillonner légèrement, faisant apparaitre probablement une teinte rouge à l'extérieur. J'avais parfois honte qu'il puisse lire en moi comme dans un livre ouvert, à cause de mon visage si expressif. Je baissai les yeux, mais ne m'éloignai pas de lui pour autant. Cette proximité m'était vitale, j'aimais être avec lui, le toucher, l'embrasser, me serrer contre lui, ces gestes m'étaient des bien faits qui me rendais heureuse de jours en jours, fermant légèrement la blessure de la perte de mon meilleur ami.

Je dus surement perdre mon sourire un instant, j'essayai du mieux que je pouvais d'en reconstituer un, mais pas aussi enjoué que le précédent. Même si Edward savait que je cachai ma peine due au départ de Jake qui n'avait pas supporté mon choix, je ne pouvais pas être constamment à pleurer mon meilleur ami. J'avais pris ma décision d'épouser Edward, je ne reviendrai pas en arrière. Et même si je le voulais, ma révocation de mon choix ne le fera pas revenir, car ce que lui voulait je ne pouvais pas lui offrir. Cette partie de moi qu'il demandait n'était et ne sera à jamais à Edward. Il m'avait bien dit que je ne pourrais pas avoir tout et je m'en rendais compte aujourd'hui. L'ultimatum n'avait pas lieu d'être de toute façon, car j'aurais et je choisirai Edward avant qui conque.

Plongée dans mes pensées, j'en eus oublié mon bien aimé. Je relevais les yeux, un peu honteuse et déposai un doux baiser sur le coin de ses lèvres pour me faire pardonner. Je plongeai mon regard dans le sien comme à ma grande habitude quand j'étais seule avec lui. Le sourire qui avait illuminé mon visage à sa découverte réapparut de nouveau. Edward avait cette facilitée à me faire oublier mes peines en un seul regard, en un seul mot ou geste.

Dans un geste irrévocablement amoureux je passai ma tête sous son menton et collai mon corps fragile d'humaine sans défense contre celui de mon bien aimé aussi dur que la glace, mais qui s'adapta à la forme de mon corps. Je lui enlaçai la taille doucement, en gardant toujours le silence. Je voulais que ce soit lui qui parle, car les seules paroles intelligibles que j'aurais pu lui dire étaient celles qui traduisaient l'amour que je lui portais et l'importance qu'il était dans ma vie, ma seule raison de vivre. Je fermai mes yeux doucement pour profiter de cet instant unique comme à chaque fois que j'étais seule avec lui. Je voulais partager toute ma vie avec lui, l'éternité même ne serait pas assez longue pour me permettre d'être sans cesse avec lui. Je fourrai mon nez dans son cou froid et je le remontais jusqu'à ce que mes lèvres puissent se déposer sur sa peau blafarde, satinée, dure.

Une parole de Jacob me revient en mémoire en cet instant « Tu dois avoir l'impression d'embrasser une pierre !!! ». J'en souris et étouffai un petit rire. Cela se voyait que mon meilleur ami ne savait pas de quoi il parlait. Embrasser Edward était quelque chose de vraiment à l'inverse d'embrasser une pierre. Que ce soit ses divines lèvres ou sa peau enivrante, la sensation qui se produisait n'était en rien de désagréable. Pour moi c’était une chose très unique et céleste. Ce n’est pas donné à tout le monde d’embrasser un être aussi parfait que l’était mon tendre et doux Edward. Je n’aurais su la décrire par des mots, c’était si exquis, merveilleux... Parfait. Oui la perfection se trouver dans l’être noble qu’était mon bien aimé.

Je relevai la tête pour regarder mon tendre amour. Je m’écartai légèrement de lui, sans m’éloigner de lui pour autant. Je lui souris et décidai d’engager quand même la conversation.

- Je ne pensais pas qu’Alice te laisserai me voir un jour, plaisantais-je. Tu vas bien mon amour ?, lui demandais-je mon regard plongeai dans le sien avec amour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rédaction de mes voeux, pas des plus calme.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rédaction de mes voeux, pas des plus calme.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hillary Rodham Clinton présente ses voeux à Haiti
» Meilleurs voeux a Pprikko
» Voeux de Michel J. Martelly
» LES VOEUX DU ROI AU PEUPLE.
» Voeux originaux...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Twilight :: RPG: Forks :: Résidence des Swan-
Sauter vers: