AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionPortail

Partagez | 
 

 Quand on arrive en ville...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Helena Anokvia
Vampire
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 25/02/2010

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Dédoublement

MessageSujet: Quand on arrive en ville...   Mer 3 Mar - 22:46

Quel voyage… Comment diable, pouvait-on aller s’enterrer dans des endroits aussi perdu, lorsque l’on avait l’âge de sa proie et que l’on habitait une grande ville grouillante de vie, quelque soit l’heure ou la météo.. ? Si la jeune vampire n’avait pas pour habitude de s’en tenir à son principe de base de ne jamais renoncer à une cible, une fois celle-ci choisie, autant dire qu’elle aurait renoncé depuis très longtemps à faire l’interminable trajet qui menait à ce trou perdu qui se nommait.. Diantre, c’était quoi son nom déjà.. ? Floks.. ? Froks.. ? Plocs..? Non, c’était un nom qui commençait par un F, de cela elle en était certaine… Peu lui importait de toute façon, elle n’y demeurait pas assez longtemps pour en retenir le nom. Elle se donnait deux jours pour retrouver sa proie et s’en nourrir, et ensuite elle quitterait ce no man’s land perdu au fin fond de la campagne afin de retrouver la bienveillante quiétude d’une véritable ville digne de ce nom, et son anonymat le plus complet.

Affamé, Helena avait décidé de quitter le bus menant à Forks, afin de faire du stop pour les quelques kilomètres restant à faire. Plus encore qu’en ville, les gens des campagnes avaient la fâcheuse et mortelle manie de ne pas se montrer méfiant envers une petite auto-stoppeuse adolescente qui, selon certains de ces bon samaritains, prenait énormément de risque en montant avec n’importe qui… Sur ce point, la petite vampire ne pouvait qu’être d’accord avec eux, on ne se méfiait jamais assez des gens qui nous accompagnait lors de ces séances d’auto-stop… On ne savait jamais sur qui on pouvait tomber après tout… Un voleur, un violeur, un tueur en série… Un vampire… Mais non, qu’elle était sotte… Tous le monde savait que les vampires n’étaient qu’un mythe né des peurs ancestrales, elles-mêmes issues de l’ignorance des gens d’autrefois… Rencontrer un vampire, c’était un peu comme rencontrer un extraterrestre, cela n’arrivait que dans les films… Et cet état de fait simplifiait singulièrement ses affaires en vérité. Car une proie qui ne se méfiait pas un seul instant, c’était une proie morte avant même d’avoir éprouvé le contact de ses deux adorables petites canines pointues… Oui, oui, Helena avait la coquetterie typiquement féminine, de se trouver terriblement mignonne avec ses deux canines acérées qu’elle ne se lassait pas d’observer lorsqu’elle se souriait dans un quelconque reflet. Après tout, il n’y avait aucune honte à admettre la vérité lorsque celle-ci vous faisait face.

Après avoir attendu une bonne heure sur le bas-côté de la petite route de campagne, une voiture fit enfin son apparition à l’horizon. Constatant avec plaisir que le conducteur était seul à bord, l’adolescente vampire se mit littéralement au milieu de la route et se commença à sautiller en l’air comme une petite folle afin d’attirer à coup sur l’attention de son futur repas. Comme de bien entendu, le propriétaire du véhicule, qui était un homme au demeurant plutôt charmant, stoppa afin de ne pas écraser Helena, et éviter ainsi d’avoir sa mort malheureuse sur la conscience. L’adolescente s’approcha ensuite du véhicule, et après que la vitre du côté passager fut abaissé afin qu’elle puisse s’adresser au serviable automobiliste, elle lui joua la grande scène de la jeune fille sans défense et bien contente d’avoir trouver une bonne âme prête à lui venir en aide… Un classique pour la petite vampire, la base même de la plupart de ses techniques de chasse. De son ton le plus doucereusement convainquant, elle expliqua à l’homme que elle avait du descendre du bus faisant la navette à la dernière ville faute d’argent, et que elle se rendait chez sa tante parce que sa mère l’avait mise à la porte après une effroyable dispute. Elle ajouta aussi que elle n’avait plus aucun endroit ou aller si ce n’était chez sa tante et que si jamais elle n’arrivait pas chez elle avant la nuit, alors elle devrait continuer la route durant la nuit… Et la petite vampire ajouta dans un regard quelque peu larmoyant, que elle avait peur de marcher toute seule la nuit car c’était très dangereux pour une fille, surtout avec tout ce que l’on entendait aujourd’hui comme histoires aux informations.

Devant de tels arguments, l’automobiliste l’invita de lui-même à monter auprès de lui, ce que Helena ne se fit pas prier pour s’exécuter aussitôt. Elle offrit un sourire accompagné d’un merci rassurée à l’homme en s’installant sur le siège avant, tout en se disant en son for intérieur que les mortels étaient vraiment trop bête de croire n’importe qui de la sorte. Ils discutèrent de tout et de rien durant une bonne partie du trajet, mais lorsqu’un panneau indiqua la proximité de Forks, Helena se montra soudain des plus entreprenante vis-à-vis de son chauffeur. Tout d’abord surpris, ce dernier tenta de résister en prétextant qu’il ne voulait pas de cela avec une adolescente, mais la encore la petite vampire avait appris à briser ce genre de résistance morale qui était, elle se devait de le reconnaître, tout à l’honneur de ceux qui s’y essayait. Au cours de ses trois années vampirique, elle avait appris à user de son apparente fragilité adolescente, mais elle avait aussi, très rapidement, su manipuler les désirs sordides et interdits, de la plupart des hommes… Et de sa courte mais riche expérience en la matière, elle avait apprit que les plus prudes étaient bien souvent les plus aisé à faire céder, un peu comme si l’interdit morale fragilisait plus encore la frontière de la résistance des hommes mis en condition par des mains féminines. Comme de bien entendu, il fini par céder. De toute façon, Helena n’avait jamais échoué à ce petit jeu, et la plupart du temps elle n’avait même pas à employer ses capacités vampiriques afin de l’aider. Lorsque L’homme, visiblement bien décidé à profiter de l’opportunité qui s’offrait miraculeusement lui se montra à son tour des plus entreprenant, l’adolescente vampire tempéra ses ardeurs et lui confia que ils seraient plus tranquille en dehors de la route. L’homme hésita quelques secondes, mais un sourire et un regard coquin de la part de Helena le convainquit de faire ainsi et il redémarra rapidement afin de se diriger sur le bas côté ou il s’enfonça sur plusieurs dizaines de mètres.
Une fois hors du champ de vision d’une éventuel autre automobiliste,, l’homme s’enhardit à nouveau et se pressa contre l’adolescente qu’il commença à embrasser avec fougue sur les lèvres tout en glissant ses mains baladeuses sous son sweat-shirt. Mais avant qu’il ne puissent déposer ses sales mains de pervers sur l’agrafe de son soutien-gorge, la petite vampire fit glisser ses lèvres dans le cou de l’homme et, après un ou deux baisers délicatement déposé, comme on le ferait d’une langue gourmande sur une glace au désirable parfum vanille chocolat elle enfonça avec force ses canines dans son coup tout en le maintenant serrer très fortement entre ses bras. Surpris, l’homme tarda bien évidemment à réagir…Mais lorsqu’il réalisa enfin ce qui était en train de lui arriver, il était malheureusement déjà trop tard pour lui. Désormais, il allait sentir sa vie s’écouler lentement de son corps, et tel un spectateur devant l’écran de cinéma, il allait assister impuissant à sa propre mort. Une mort certes rapide, mais affreusement consciente… Au bout de quelques minutes, tout fut terminé. Helena s’était dégagé de l’étreinte de ce pervers et c’est repu qu’elle reposait désormais contre le siège passager du véhicule. Elle prit encore quelques instants afin de savourer son repas campagnard, mais elle savait qu’il ne fallait pas trop tarder… La paresse, c’était assurément la mort du vampire, voilà une vérité vraie que l’adolescente avait fait sienne. Dans un dernier soupir de satisfaction gourmande, Helena descendit du véhicule et se dirigea du côté conducteur. Elle ouvrit la portière, sortit le cadavre sans la moindre compassion et traîna celui-ci in peu plus loin. Elle fit ensuite ce qu’elle faisait toujours, et ses mains farfouillèrent dans chacune des poches de sa victime. Elle prit bien entendu en priorité l’argent et tout autre objet de valeurs négociable chez les prêteurs sur gages car, après tout, contrairement à elle ses proies n’avait plus la moindre utilité de ce genre de chose. Les mortels trouveraient cela plutôt malsain, mais pour la petite vampire c’était en quelque sorte comme de la charité chrétienne…Oui, elle aimait bien cette idée…Et puis sa mère lui avait toujours appris qu’il ne fallait pas gaspiller l’argent, donc… Et en plus, même les vampires devaient vivre après tout. Il n’y avait pas que les mortels qui aimaient s’acheter des beaux vêtements et avoir un toit sur la tête pour passer la nuit. Helena était une vampire moderne, elle, pas un de ces has been qui aimaient se rouler dans la terre en se cloîtrant dans un cercueil étroit et, sans doute, des plus inconfortable… Enfin, c’est comme cela qu’elle imaginait les très vieux vampires, ceux qui étaient né avant la télévision…

Elle s’empara aussi des papiers d’identité de sa victime, une précaution indispensable afin de profiter le plus longtemps possible des véhicules qu’elle leur empruntait occasionnellement. Sans papier, aucune identification n’était possible sur l’instant, ce qui lui laissait souvent deux ou trois jours afin de profiter de ses différents véhicules. Cela tombait bien, puisque justement elle ne comptait pas passer plus de deux jours à Forks. De plus les policiers de campagne… Tout le monde savait ce qu’ils valaient… Laissant là le corps de sa victime sans plus de précaution que à son habitude, Helena retourna à la voiture et s’installa au volant avant de démarrer et de quitter les lieux afin de rejoindre la route. Elle parcouru les quelques miles qui la séparait encore de sa destination, et une fois enfin arrivé en ville elle décida de s’accorder une petite pause, selon elle, amplement mérité. Elle gara son véhicule sur le parking d’un petit restaurant, et agrippant son sac de voyage elle quitta le véhicule avant de fermer les portières de ce dernier à clé… On ne savait jamais, même dans les petites villes il y avait des voleurs de voiture après tout. Après s’être assuré de la sécurité de son bien durement acquis, la petite vampire pénétra d’un pas tranquille dans le restaurant ou elle s’installa à une table un peu à l’écart. Elle commanda un plat du jour et un Coca-Cola, histoire de faire comme les autres. Bien que elle ne pouvait évidement ressentir la moindre saveur, la petite vampire avait aussi appris que l’assimilation était une nécessité pour les vampires comme elle qui aimait vivre parmi les mortels… Et si elle ne se nourrissait pas comme eux, de temps en temps et en public, elle savait que cela finirait par paraître étrange.

Attendant sagement sa commande, elle commença alors à compter avec attention les billets de banque qu’elle venait de récupérer une dizaine de minutes plus tôt. Un sourire apparut sur son visage adolescent, lorsqu’elle constata que le pervers amateurs de mineurs lui avait permis de récupérer environs cinq cents dollars… Ajouté aux trois cents qu’il lui restait encore, Helena était assez satisfaite de se voir à la tête d’un peu plus de huit cents dollars. C’est que une jeune et jolie vampire orpheline, cela coûtait cher à entretenir après tout…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darvin Rivebise
Vampire végétarien
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 31

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Télékinesie

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   Mer 24 Mar - 23:46

Faire les courses… Voila bien une corvée que je n'appréciais guère. Je préférais nettement aller en forêt, ou rester tranquille… Enfin, il faut bien nourrir les quelques non-vampire résidant à la villa Cullen, et puisque tout le monde était occupé ou absent… Eh bien, c'est moi qui dois m'y coller.

Enfin, ca aurait pu être pire, on aurait pu me demander de faire le ménage, ou la vaisselle, ou que sais-je encore… Oui, définitivement, parmi toutes les corvées, aller à l'épicerie du coin était la moins pénible.

Cependant, alors que je m'approchais à grand pas de l'épicerie, une odeur attira mon attention. Une odeur inconnue et bien éloignée des odeurs habituelles… Une odeur que je n'eus aucun mal à identifier comme un vampire. Je n'étais certes pas depuis très longtemps à Forks, mais je pouvais déjà identifier les odeurs des vampires du coin et celui-ci n'en faisait aucunement partie. Je souriais : cela me donnait l'excuse idéale pour traîner en chemin.

J’abandonnais ainsi tous mes projets pour me diriger à l’endroit d’où provenais l’odeur : un petit restaurant à deux pas d’ici. Mais avant de m’approcher davantage, j’imaginais les différentes façons dont je pourrais aborder ce vampire inconnu… Sans qu’aucune ne me semble réellement probante. Mieux valait que ce soit lui qui vienne à moi plutôt que l’inverse, et il y avait de forte chance que ce soit le cas lorsqu’il sentirait mon odeur… S’il ne l’avait pas déjà senti.

Je n’avais encore jamais pénétré dans ce restaurant, même si j’étais souvent passé à côté. Après tout, pourquoi un vampire irait dans un restaurant ? Sinon, éventuellement, pour donner le change. Après un bref regard à travers les vitres, je pénétrais dans l'établissement et scruta brièvement la pièce en me fiant à mon odorat. C'est alors que mon regard se posa sur une jeune femme à priori normale… En apparence. Mon odorat ne me trompait pas : c'était elle le vampire.

Je mis quelques secondes avant de sortir de mes pensées et je mis immédiatement en application plan qui consistait à m’assoir à la table libre la plus proche de l’entrée, de façon à pouvoir l'observer de loin et guetter une éventuelle sortie du restaurant, ce qui était toujours une éventualité.

Lorsque le serveur vint vers moi, je passa une commande basique, un simple café noir. Cela suffirait à donner le change aux humains, et me permettrais de l'observer sans être déranger par le patron.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Anokvia
Vampire
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 25/02/2010

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Dédoublement

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   Mer 31 Mar - 13:19

Bien… Bien, bien, bien… Emprisonnant la paille plongé dans son verre de Coca Cola, Helena aspira une longue gorgée du liquide gazeux qui descendit le long de sa gorge sans lui faire le moindre effet. C’était là, un de ses plus grand regrets… Elle qui aimait tant cette boisson de son vivant… Elle commença ensuite à dévorer son plat du jour, lui aussi tout aussi vide de goût. Pourtant, l’adolescente vampire aimait manger et boire. C’était bien entendu pour se fondre dans la masse grouillante de ses proies, afin de les tromper, mais en même temps elle aimait tout simplement l’acte en lui-même, même si les saveurs n’était plus présente. Heureusement, la mémoire olfactive était une chose absolument merveilleuse… Une manière, sans doute, de ne pas oublier de manière définitive encore, son côté humain. En lui amenant sa commande, la serveuse, une femme d’un âge déjà avancé, lui avait sourit. Peut-être lui rappelait-elle sa fille… Tous les parents avait la fâcheuse tendance à identifier les enfants des autres aux leurs, un trait caractéristique sans doute génétiquement ancré dans la mémoire collective de l’humanité. Pour un peu, Helena lui aurait bien raconter une histoire un de ces soirs… Malheureusement, ou heureusement, elle avait une autre personne à voir et le temps lui était compté. Deux jours, trois tout au plus, avant que l’homme qu’elle avait tué et dépouillé soit découvert et identifié. Mais elle avait l’habitude désormais, elle serait parti de ce trou perdu bien avant cela.

Perdu dans ses pensées, Helena ressentit alors une présence… Une présence désagréable… Par sécurité, elle partait du principe que tous les vampire rencontré était un danger potentiel pour elle. Humant l’air, elle le vit alors pénétrer dans le restaurant. Il scruta l’ensemble de la salle de son regard… Un geste anodin aux yeux des mortels, mais qui ne pouvait échapper à un vampire digne de ce nom. Loin de paniquer, la jeune vampire préféra attendre de voir ce que ce dernier allait faire avant de réagir. Après tout, il était chez lui, c’était son territoire. Comment le savait-elle.. ? Ma foi, c’était une simple question de logique… Quel vampire sain d’esprit serait assez désespéré, pour venir se perdre au fin fond de la campagne, lorsque le monde s’offrait à lui.. ? En même temps, le fait qu’il soit du coin signifiait une chose assez désolante pour Helena… Même chez les vampire, il y avait des péquenots de première classe. Elle le regarda s’installer au fond de la salle, tout près de l’entrée… Sans doute, pour l’empêcher de partir au cas ou elle déciderait de prendre la poudre d’escampette. L’instance de son regard ne lui échappa non plus, et afin de ne pas lui donner plus de satisfaction qu’il ne paraissait déjà en avoir, Helena s’empara du menu et l’ouvrit avant de lever devant son visage afin de se dissimuler aux yeux inquisiteurs de ce vampire des champs. Voilà, il en serait pour ses frais ce sale petit curieux qui croyait l’intimider. S’il pensait qu’elle allait trembler devant lui et lui faire l’honneur de quémander un passage serein en direction de l’extérieur, il se mettait la canine dans l’œil… Les deux canines mêmes, assurément.

Lisant le menu d’un œil distrait, la jeune vampire entendit la mélodie de son téléphone portable retentir au fond de sa poche.. Elle reposa alors le menu sur la table, et rapidement elle s’empara de son portable dont elle souleva le clapet d’un geste visiblement habitué. Elle fixa l’écran rétro éclairé un moment, et son regard s’étrécit…. Lui.. ? Mais qu’est-ce qu’il pouvait bien lui vouloir.. ? Appuyant sur le bouton de prise d’appel, elle porta le téléphone à son oreille et dit :

‘’Oui.. ?’’

Helena écouta en silence son interlocuteur parler, avant d’afficher une mine songeuse… Elle changea alors de ton, baissant le volume de sa voix afin que cet enquiquineur d’espion aux dents longues ne puisse surprendre la moindre bribes de sa conversation.

‘’Cela tombe bien, je suis justement là-bas… Qu’est-ce que vous voulez que je fasse exactement.. ?’’

l’adolescente se tut à nouveau, écoutant son interlocuteur lui dire ce qu’il attendait d’elle. Lorsque cela fut fait, Helena hocha pensivement la tête et osa demander le pourquoi de cette demande… La réponse de son interlocuteur dut être assez sèche, car la jeune vampire afficha brièvement une mine renfrognée avant de répondre…

‘’Très bien, très bien, c’est comme vous voulez… Mais… Je n’avais pas prévu de rester dans ce bled paumé au milieu de nul part moi, il va me falloir de quoi vivre si vous voulez que je vous rende ce service… Vous comprenez, n’est-ce pas.. ? Alors je pense que une somme confortable m’aiderait grandement à accomplir ce service que vous me demandez…’’

La personne au bout du fil se tut durant de longues secondes, avant de finalement reprendre la parole… Quoi qu’il ai pu dire à l’adolescente vampire, celle-ci afficha alors un large sourire tandis qu’elle réclama un annuaire au comptoir. Une fois celui-ci en main, elle tourna alors les pages et une fois la main mise sur ce qu’elle cherchait, elle donna à son interlocuteur l’adresse d’un motel de la ville. Elle garda à nouveau le silence quelques secondes, puis elle ajouta :

‘’Deux jours.. ? Très bien, dans ce cas je m’occupe de votre petite affaire, pas de soucis !’’

son interlocuteur dit encore quelque chose, ce à quoi Helena répondit ;

‘’Vous pouvez, ne vous en faites pas pour ça… Vous aussi, et ne vous inquiétez pas… Je vous recontacte des que possible… Au revoir.’’

Puis elle referma le clapet de son téléphone portable, visiblement satisfaite de sa conversation. Certes, elle ne s’attendait pas à devoir s’attarder dans ce trou perdu, mais vu ce qu’elle avait réussi à lui soutirer… Elle pouvait bien lui rendre ce service… Et dans deux jours, elle n’aurait plus besoin de s’inquiéter de ses finances, tout au moins pour un certain temps.

Son sourire s’effaça cependant quelque peu en relevant les yeux en direction de cette sangsue qui ne la quittait pas du regard, même s’il tentait assez maladroitement de faire croire le contraire, et à nouveau elle se dissimula à lui en reprenant le menu et en le levant une seconde fois à la hauteur de son visage… Comme ça au moins, il apprendrait par cœur les noms et les prix des plats de ce restaurant, il n’aura donc pas perdu sa journée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darvin Rivebise
Vampire végétarien
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 31

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Télékinesie

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   Dim 11 Avr - 11:45

Elle m’avait repéré, je le savais, elle ne pouvait pas ne pas avoir sentie ma présence. Mais c’était le but, je souhaitais observer sa réaction et aviser ensuite. Je ne m’attendais certainement à ce genre de réaction lorsqu’elle dissimula son visage derrière le menu. Je détourna le regard et vit la serveuse m’apporter ma commande. Je la remerciais poliment.

Je bu une petite gorgée, l’important était de donner le change, même si ce café n’avait aucun goût pour un vampire. Mais je reporta rapidement mon attention sur Helena lorsque j’entendis la mélodie d’un téléphone portable… Quelqu’un l’appelais, mais je n’avais aucun moyen de savoir de qui il s’agissait. Je ne la quittais cependant pas des yeux.

Le restaurant était grand, mais mon ouïe combinée à mes cents années d’apprentissages, me permettais de capter en partie ce qu’elle disait, que ce sois en l’entendant ou en le lisant sur ses lèvres.

Elle semblait discuter avec une personne lui donnant des consignes. Il devait s’agir d’un commanditaire quelconque, mais je ne parvenais pas encore à déterminer sa nature exactement. Je ne parvenais malheureusement pas à comprendre complètement la conversation, elle n’en disait pas asser pour me le permettre… Elle était maline, j’allais devoir trouver un moyen de me renseigner autrement…

Elle se dissimula à nouveau derrière le menu… Mais je ne mis pas longtemps à me décider sur la suite des événements. J’étais repéré et la suivre s’avérerais très certainement compliqué, pour ne pas dire impossible. Elle serait sur ses gardes… Mieux valait y aller franchement, et improviser par la suite.

Je mon café d’une main et le ticket qu’avait déposé la serveuse de l’autre pour me diriger vers la table de la jeune fille. Je déposais le tout face à elle et m’y asseilla sans demander la moindre permission. Je ne savais pas comment elle réagirait, mais avant qu’elle ne puisse prononcer la moindre parole, je préférais entamer moi-même la conversation.

Bonjour et bienvenu à Forks… J’espère que tu t’y plaira le temps que tu y restera…

Je bu une petite gorgée de mon café, et reporta mon regard doré sur Helena, laissant passer quelques secondes avant de continuer.

Je me nomme Darvin Rivebise… Qu’es qui t’amène dans la région ?


J’avais décidé de ne pas y aller par quatre chemins. Autant jouer la carte de l’honnêteté. Je n’avais après tout rien à reprocher à cette vampire… Pour le moment. Je me demandais toujours ce qu’elle avait recherché dans l’annuaire, mais je décidais que ce n’étais pas le bon moment pour approfondir ce point. Selon sa réaction, j’aviserais alors la suite des événements.

Pour l’instant, je m’adossais à la chaise en buvant encore quelques gorgées. Je savais que quoi qu’il advienne, elle ne prendrait pas le risque de se faire découvrir par les mortels alentours. Ainsi, je me détendais, sûr de moi sur ce point là. Je ne savais pas si elle était dangereuse ou non, mais dans un lieu fréquenté, nous étions restreints dans nos mouvements, nous ne devions pas dévoiler notre nature et elle le savait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Anokvia
Vampire
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 25/02/2010

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Dédoublement

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   Ven 30 Avr - 16:05

Mais quelle espèce de cul-terreux ce vampire… En plus, vu sa manière de s’installer à sa table sans lui en demander l’autorisation tel un seigneur en son fief, il était certain qu’il avait du être éduqué avec les cochons. Helena imagina alors le vampire avec un énorme groin et des oreilles adaptés, et un sourire se dessina sur ses lèvres… Quel plouc, vraiment ! Elle faillit le remettre à la place qui était la sienne, mais elle se ravisa presque aussitôt. Ce n’était pas le moment de faire une esclandre pour un paysan, alors que elle avait quelque chose de vraiment important à faire… Et se mettre à dos l’autochtone n’était pas une chose qui l’aiderait dans sa tâche. Elle prit alors sur elle, et se tut.

Il salua la jeune vampire, ce qui était tout de même la moindre des choses vu son manque de politesse des plus flagrant, mais la ou il aurait pu se rattraper, il commit à nouveau l’erreur fatale de se mêler de ce qui ne le regardait pas le moins du monde… Est-ce qu’elle lui demandait qu’est-ce qu’il faisait là, luie.. ? Assurément pas… Helena avait une vraie éducation elle et surtout ce type ne l’intéressait absolument pas un seul instant… Et cette manière maladroite de l’interroger sans en avoir l’air… Quelle pathétisme, mon dieu… Lorsqu’il porta avec insistance son regard sur la jeune fille, Helena aperçu la dorure de son regard… Un vampire, certes… Mais un vampire végétarien. Ce garçon accumulait vraiment tous les défaut possible et imaginable, et alourdissait ainsi son passif vis-à-vis de la jeune vampire qui le toisa à son tour de son regard de glace d’un bleu cristallin que lui permettait encore aujourd’hui le miracle des lentilles de contact. A coup sur ce sale petit curieux s’interrogerait sur cette couleur assurément peu vampirique., sans parler de son tatouage sur la joue droite… Ma foi, s’il avait du temps à perdre avec ça…

Sans lui rendre sa politesse, que de toute façon il ignorait visiblement, Helena ne lui donna pas son identité. Essayait-il de se donner une attitude décontracté, ou bien était-il réellement sûr de lui.. ? Peu lui importait, la jeune vampire n’avait pas l’intention d’en faire son ami de toute façon. Le dédaignant quelque peu, elle avala alors un bouchée de son assiette et mâchonna longuement celle-ci avant de l’avaler.

‘’Je suis de passage…’’

Finit-elle enfin par lui dire.

‘’Je me rend à Los Angeles, et en passant par ici pour pendre de l’essence je me suis dit que j’allais m’arrêter quelques jours fin de visiter un peu cette petite ville qui à l’air plutôt charmante…’’

Et accessoirement écœurante de quiétude, mais il était inutile de lui préciser ce genre de détail… Tout comme il était inutile de lui dire la moindre vérité. Puis, elle décida de reprendre la main et interrogea à son tour…

‘’Tu es d’ici.. ? Cela fait combien de temps.. ? C’est une petite ville ou tous le monde doit se connaître j’imagine… Comment fais tu pour éviter les questions embarrassantes du genre ‘’il est trop jeune pour vivre tout seul… Ou sont ses parents…’’ Ce genre de question, tu vois.. ?’’

En réalité tout ceci n’intéressait pas Helena, mais si ce crétin pouvait éventuellement lui être utile cela justifierait quelque peu sa patience à le supporter. De plus, elle pourrait peut-être lui tirer les verts du nez sans en avoir l’air… S’il voulait parler après tout, la jeune vampire n’avait absolument rien contre ce fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darvin Rivebise
Vampire végétarien
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 31

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Télékinesie

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   Mer 19 Mai - 14:58

Un moment de silence s'installa alors que la jeune vampire afficha un sourire pour une raison qui m'était inconnue, mais qui m'importait peu après tout. Je n'étais guère pressé d'avoir mes réponses et ne détacha pas mon regard de celui d'Helena. Un regard étrange par ailleurs, car s'il n'y avait pas eu son odeur qui la démarquait du reste de la salle, je n'aurais pas pu deviné qu'il s'agissait d'une vampire. Ses yeux étaient bleus, une couleur qui était normalement impossible. Elle devait donc user de certains subterfuges. Elle possédait également un tatouage sur la joue, sur lequel je ne m'attarda guère.

Elle se décida finalement à répondre à la question que je lui avais posée, elle assurait être de passage et se diriger à Los Angeles… Une visite imprévue, en somme. Était-ce la vérité ou non ? Je n'avais aucun moyen de le vérifier, alors je prendrais ces informations avec des pincettes pour le moment. Pour continuer, elle me posa diverses questions. Je décida de la faire mariner quelques peu et pris le temps de finir mon café et de le poser sur la table avant de lui répondre.

Je ne suis pas vraiment d'ici, non… Disons que je suis venu voir des amis. Cela ne fait donc pas bien longtemps… Et pour la dernière question, étant donné que je viens voir des amis, elle ne se pose pas. Ils m'hébergent, cela ne parait donc absolument pas suspect…


Je n'avais aucune raison de lui mentir, ses questions me semblaient bénigne et ne mettait en rien en danger les Cullen, je n'avais jamais mentionnés leur nom et je ne comptais pas le faire. Je décidais de continuer sur ce petit jeu de question-réponse que nous avions initié.

Tu va à Los Angeles donc… Ce n'est pas la porte à côté. Je te retourne donc la question, tu semble bien jeune pour un si long voyage, cela doit amener à quelques interrogations parfois. Comment les esquives-tu ? Et tant qu'à faire… Pourquoi te rends-tu là-bas ?

J'attirais l'attention du serveur et lui commanda un nouveau café noir. Je sentais que cette conversation risquait de durer un certains temps, autant que je continue à faire illusion auprès des mortels nous entourant. Ils n'avaient aucune chance de savoir ce que nous étions tous deux, elle semblait expérimentée dans l'art de se fondre parmi les mortels. Au moins autant que moi. Elle devait donc avoir un certain âge, même si cela restait difficile à définir chez les vampires.

Lorsque le serveur apporta mon nouveau café, je la remerciais d'un signe de tête, sans cesser de fixer Helena, je repris la parole pour l'interroger sur un petit détail, mais pour cela, je baissais le ton afin d'éviter que les mortels autour ne puisse nous entendre, mais je savais qu'elle, elle n'aurait aucun mal à m'entendre.

Quel subterfuge utilises-tu pour tes yeux ?

Il s'agissait là d'un détail qui avait son importance, car je ne pouvais pas savoir si elle avait les yeux rouges ou dorés, il était donc difficile de déterminer son régime alimentaire. Je doutais qu'elle me réponde sincèrement, ou même qu'elle veuille bien me permettre d'examiner la couleur de ses yeux, mais ce n'était pas grave après tout. Dans le doute, je devrais la considérer comme carnivore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Anokvia
Vampire
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 25/02/2010

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Dédoublement

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   Jeu 20 Mai - 13:25

‘’Subterfuge.. ? Mais il s’agit de la véritable couleur de mes yeux, qu’est-ce que tu crois.. ? Je peux même te dire que je les tiens de ma mère…’’

Répondit Helena légèrement outrée, à la question de Darvin concernant l’étrangeté de son regard bleuté semblable à de la glace, qui déroutait toujours les vampires qu’elle avait l’occasion de rencontrer. Certes, avec le temps et les rencontres ils finissaient par comprendre d’eux même l’astuce, mais en général cela créait un laps de temps indécis chez le dit vampire intrigué, que l’adolescente vampire pouvait , soit mettre à profit en attaquant la première, soit en fuyant si son adversaire était trop puissant pour elle. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agissait d’un avantage certain et Helena était fière d’avoir hérité cette technique de camouflage, de la part de celle qui l’avait si délicieusement étreinte dans ses bras tendres. Ceci étant dit, la jeune vampire avait été, en définitive, tout à fait honnête avec ce vampire un peu trop curieux à son goût pour être totalement désintéressé. Il s’agissait bien de la véritable couleur de ses yeux, et cette dernière était belle et bien un héritage génétique de celle qui l’avait mise au monde…. Helena n’avait donc pas menti à Darvin… Elle avait simplement présenté la chose d’une certaine façon, mais qui ne souffrirait en aucun cas de l’attaque du terme de mensonge. L’art et la manière, comme disait le dicton populaire… Et sur ce point, Helena avait une facilité déconcertante à manipuler cette arme dangereuse qu’était la sémantique.

Mais au-delà de son regard, troublant et envoûtant, un fait dont elle ne doutait pas un seul instant puisque, par nature elle était jolie comme un adorable petit cœur, elle le savait, ce vampire des champs saisonnier s’intéressait un peu trop à sa personne selon Helena. Il voulait tout savoir… Pourquoi, comment, de quelle manière… Une véritable fouine aux dents longues, qui plus est ne faisant pas un seul instant preuve de la moindre finesse. Très bien, que cela ne tienne… Elle allait lui répondre puisque il semblerait qu’elle doive en passer par-là pour qu’il daigne lui ficher la paix. Helena porta à nouveau sa fourchette à sa bouche et avala une bouchée du contenu de son assiette. Bien sur, elle aurait pu lui répondre immédiatement, mais le faire attendre était nettement plus préférable… Et amusant ! Alors elle prit son temps pour mâcher et avaler, comme si ce simple geste lui procurait encore un réel plaisir gustatif. Une illusion là encore, mais il fallait bien avouer que en la matière Helena était plutôt douée, une condition sine qua non pour une petite vampire solitaire qui errait d’un endroit à l’autre telle une nomade des cœurs… De préférence, gorgé d’un sang bien frais. Après une bonne minute, l’adolescente vampire bu une gorgée de son soda pétillant pour accompagner ce qu’elle venait d’avaler, puis elle s’essuya la bouche avec la serviette en papier qui accompagnait son repas. En la reposant sur la table, elle poussa un léger soupir et reprit la parole afin de satisfaire la curiosité du vampire indélicat…

‘’Si tu veux tout savoir, je vais à Los Angeles pour le plaisir… J’aurais pu aller ailleurs, que cela n’aurait rien changer… Je vais ici et là, au gré de mes envies… Demain la Californie et, dans une semaine peut-être, l’Alabama… Ce sera selon mon envie du moment, vois-tu… Pour répondre à tes autres interrogations, le fait de ne jamais rester très longtemps au même endroit évite bien des questions embarrassantes à vrai dire. Pour celle concernant mon âge, j’utilise toujours la même raison en règle général… l’année sabbatique. Je réponds à qui veux l’entendre que mes parents me font une totale confiance, et que je fais ce voyage avant de rentrer à l’université. L’avantage d’être une fille, c’est qu’il est difficile de nous donner un âge exact. On peux paraître jeune et être en réalité plus âgée, et inversement… Le tout, étant de savoir en user sans abuser, bien entendu.’’


Ce que Helena n’ajouta cependant pas comme précision, c’était que lorsque les gens ne paraissaient pas convaincu par sa réponse et qu’ils semblaient en savoir un peu plus, l’adolescente vampire résolvait cette contrariété d’un adroit coup de canines bien placé… Inutile ceci dit, d’ennuyer ce vilain petit curieux avide de savoir, avec ce genre de détail… En tout cas, voilà qui répondait à sa trop grande curiosité. Helena conclu son explication par un nouveau coup de fourchette adroit, et après voir avaler cette nouvelle bouchée elle entreprit de rendre la pareille à Darvin en l’interrogeant à son tour sur ses propres réponses. Un petit sourire en coin se dessina sur les lèvres de la petite vampire, qui avait réalisé quelque chose qui pouvait potentiellement lui créer de singulières complications…

‘’Tu es donc en visite chez des amis… C’est bien, c’est toujours utile d’avoir des amis, n’est-ce pas.. ? Et… Sont ils nombreux à être aussi… Lumineux…’’

Demanda Helena, d’un ton lascive et faussement désintéressé, en pointant un doigt tendu en direction du regard doré du vampire. Soit il était aussi imprudent que les autres vampires, soit les gens de ce trou minable étaient aussi aveugle qu’un naufragé égaré en pleine océan.

‘’C’est plutôt voyant pour ce genre de petite ville, non.. ? Tes amis doivent être la curiosité locale. Comment font ils, pour se justifier de cela.. ? Surtout, comment font ils pour dissimuler certaines de leurs… Habitudes.. ? Etant donné qu’il ne doit pas y avoir beaucoup d’habitants ici, ils doivent souvent croiser les mêmes gens plusieurs fois par semaine…’’

Ajouta Helena, en employant un ton tout ce qu’il y avait de plus normal. Peu lui importait que les gens dans l’établissement entendent ce qu’ils se disaient après tout… Contrairement à Darvin, l’adolescente vampire n’avait nullement besoin de dissimuler quoi que ce soit à qui que ce soit ici. De toute façon, si quelqu’un se posait un peu trop de questions, elle pouvait aisément résoudre le problème en un battement de cils. Si cela dérangeait le vampire qu’elle parle de manière normale, alors il n’aurait qu’à s’en prendre à lui-même… Ce n’était pas elle qui était venu l’aborder , alors elle n’avait aucune responsabilité à prendre dans cette situation.

Attendant une réponse à ses propres question, Helena porta son verre de soda à sa bouche et en avala une longue gorgée dans une insouciance insolente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darvin Rivebise
Vampire végétarien
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 31

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Télékinesie

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   Lun 28 Juin - 10:33

Elle était douée dans l'art de manipuler les mots. Je du bien le reconnaître. Sa réponse à ma question sur le subterfuge de ses yeux avait trouvé une réponse tout à fait logique, même si elle ne me satisfaisait guère. Peu importe, je m'y attendais de toute manière et je me contentais d'attendre la suite alors qu'elle semblait savourer un délicieux repas. Le paraître n'avait réellement aucun secret pour elle, et je du bien m'avouer vaincu sur ce point là, même si je savais faire illusion auprès des mortels, elle était nettement plus douée que moi pour toutes ces subtilités.

Finalement, les réponses à mes différentes interrogations arrivèrent petit à petit. Elle était une vampire errante visiblement, qui allait au gré de ses envies. Cela devait être agréable de voyager librement, mais je préférais savoir que j'avais des amis et que je pouvais compter sur eux plutôt que d'être seul, comme elle semblait l'être. Comme je pouvais m'y attendre, la petite séance de question-réponse continuait.

"C'est toujours utile, oui… Et ils sont presque tous aussi lumineux."

Je ne comptais pas lui fournir plus de détail sur le nombre exact que nous étions, mais j'avais été honnête en disant presque. Après tout, il y avait Bella, l'humaine, et Elisabeth, la vampire aux yeux rouges. Elle était honnête et je l'étais, une chose qu'aucun de nous deux ne pouvions reprocher à l'autre, même si l'ont ne répondait pas forcément à toutes les questions. Vint finalement de nouvelles interrogations sur mon regard doré, et la curiosité que cela pouvait susciter dans cette petite ville qu'était Forks.

"Ils sont établis ici depuis quelques temps, j'imagine que les gens se sont habitués. Quand aux habitudes… Ils vivent une vie tout ce qu'il y a de plus normale. Certains travails, d'autres vivent paisiblement… L'avantage dans cette petite ville, c'est qu'elle est entourée de forêt… Et une balade en forêt est toujours agréable."

Je ne savais pas si cette réponse la satisferait, mais je jetais un bref regard alentours. Je venais de réaliser qu'elle avait été un peu trop franche et que cela pouvait attirer des ennuis aux Cullen si quelqu'un avait entendu, et se posait trop de question. J'espérais que ce ne soit pas le cas. Je reportais finalement mon regard sur l'adolescente, dégustant un peu de mon café, avant de reprendre.

"J'imagine que cela n'a pas que des avantages d'errer à travers les Etats-Unis. Tu dois certainement te sentir un peu seule par moment, non ? Tu l'as dis toi-même, les amis sont utile, et je rajouterais qu'il est important d'en avoir."

Buvant une nouvelle gorgée, j'attendais avec patience ses prochaines questions, qu'elle ne manquerait pas de poser, et sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Anokvia
Vampire
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 25/02/2010

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Dédoublement

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   Lun 28 Juin - 16:40

Comme Helena s’y attendait un peu, Darvin connaissait les Culleen. Non pas qu’il le lui ai ouvertement avoué, mais d’après ce que Maverson avait fourni comme renseignements à la jeune vampire, il n’y avait guère d’autres vampires qui avait sciemment choisi de venir s’enterrer dans ce trou perdu au milieu de nul part. En conséquence de quoi, il ne lui restait plus qu’à interpréter les propos évasifs du vampire qui lui faisait face. Cette confirmation était à la fois un bienfait, tout autant qu’une malédiction. Un bienfait, car désormais elle avait un premier lien concret avec ces vampires brouteur de pelouse… Mais une malédiction, car elle avait maintenant à tenir compte de ce dernier dans sa tentative d’approche de cette satané amnésique qui semblait tant intéresser son employeur. Un bien pour un mal… Un mal pour un bien… Dans les deux cas, Helena allait devoir composer avec ce vampire un peu trop curieux, alors autant ne pas se le mettre tout de suite à dos..

Tandis que la jeune vampire finissait son repas, elle écoutait d’une oreille faussement distraite les paroles suivantes de l’autochtone de service. Il lui raconta la belle et merveilleuse histoire des gentils petits vampires aux yeux mordorés d’or, pacifique et amoureux de la vie humaine, oeuvrant main dans la main avec les mortels afin de vivre dans une paix idyllique… Une communauté idéale en fait, ou les vampires et les mortels pouvaient vivre tous ensemble dans le bonheur et la béatitude la plus complète. Sans oublier la forêt, bien entendu… Quel conte de fée digne de ce nom, n’avait pas sa forêt attitrée.. ? Ne pas en avoir eu aurait assurément été une faute de goût absolument des plus impardonnable… Les traditions que diable, les traditions… A propos de cette dernière, Helena ajouta, après avoir déposer ses couverts dans son assiette désormais vide…

‘’Tu as raison, se promener en forêt permet de se ressourcer, loin des gens et de la cohue de la ville… Encore que ici, j’imagine qu’il ne doit pas y avoir énormément d’action… Les habitants doivent vivre au rythme des saisons, des récoltes ou bien quelque chose dans le genre, non.. ?’’

Puis, se désintéressant totalement du vampire, Helena leva son bras et héla la serveuse :

‘’S’il vous plait… Je voudrais une part de votre tarte aux pommes et une boite de donuts !’’

Lui demanda-t-elle d’une voix polie et aimable, avant de reporter à nouveau son attention sur Darvin.

‘’Il n’y a pas de repas équilibré sans dessert…’’

Avoua-t-elle au vampire dans un clin d’œil complice, bien que son raisonnement ne se basait sur aucun principe logique dans le cadre d’une nature vampirique telle que la leur. D’ailleurs, ce n’était même pas la faim qui guidait les actes de Helena, puisque par définition ce genre de faim n’importunait plus les suceurs de sang. Mais Helena était une jeune vampire extrêmement minutieuse, lorsqu’elle faisait quelque chose elle mettait un point d’honneur à le faire jusqu’au bout et l’illusion de sa nature mortelle, pas aussi lointaine que cela en fin de compte, ne faisait pas exception à ce principe de vie. Pour un peu, on aurait pu s’imaginer qu’elle y prenait un réel plaisir cependant. Peut-être était-ce effectivement le cas… Peut-être pas… Il était des plus difficile de juger des sentiments de la jeune fille, qui dissimulait si intelligemment sa nature d’immortelle. Puis, elle décida enfin de répondre à la nouvelle interrogation de Darvin concernant son mode de vie si peu orthodoxe pour quelqu’un de leur condition… Elle poussa un soupir de réflexion et commença à répondre :

‘’Mais qui donc à dit que je n’avais pas d’amis.. ? Bien au contraire, on fait des tas et des tas de rencontres en voyageant de la sorte… Certaines sont rapidement oublié, tandis que les autres deviennent des connaissances que l’on prend un réel plaisir à retrouver bien plus tard. Mais parfois, lorsque l’on a de la chance… Cela arrive très rarement, je te l’accorde bien volontiers… Mais parfois, lorsque l’on a de la chance, il arrive que l’on fasse une rencontre qui bouleverse définitivement notre vie. Bien entendu, ce n’est pas quelque chose que vous, les dents longues sédentaires, risquez de voir vous arriver un de ces jours… Pour en revenir à ce que tu viens de dire sur les amis, je te dirais ceci : ce qui compte, ce n’est pas le nombre d’amis que l’on a, mais la fiabilité dont ils sont en mesure de vous faire témoignage. Il est préférable d’avoir un seul ami sur lequel on peux se reposer les yeux fermés, que plusieurs à l’inconstance molle des plus certaine.’’

Helena, ou l’art et la manière de parler avec aisance de ce que l’on ne connaissait pas… Tout au moins, pas entièrement car Darvin avait vu juste sur un point qui, pour un autre que Helena aurait pu être douloureux : Elle n’avait effectivement plus un seul ami. Mais en y songeant de manière purement objective, en quoi avoir des amis était-il d’un quelconque avantage.. ? Si l’amitié faisait tourner le monde, cela se saurait depuis bien longtemps maintenant. Cette chose, au demeurant fort attractive, n’était en réalité rien de plus qu’une invention littéraire, une licence poétique destiné à rassurer les plus faibles… Comme ce brouteur de pelouse qui lui faisait face. Son dessert tardant à venir, Helena vida son verre de boisson gazeuse aux initiales semblables au gradin d’un théâtre antique, puis elle décida d’inverser à nouveau les rôles en questionnant une fois de plus le vampire sur ce qu’il ne voulait vraisemblablement pas dire… La jeune vampire déposa son menton dans le creux de sa main et, le bras appuyé contre la table, et fixa ce dernier de son regard paisiblement glacé de ce bleu apaisant :

‘’Donc, tes amis aux dents longues vivent comme tous le monde ici, c’est ça.. ? qu’est-ce qu’ils font précisément.. ? Ne me dit pas qu’ils travaillent aux impôts, ce serait d’un affreux lieu commun qu’un vampire vampirise l’argent des gens, comme il sucerait leur sang…’’


A peine Helena avait-elle lancé cette idée, au demeurant fort amusante, qu’elle éclata d’un rire qui envahit la salle du restaurant telle une traînée de poudre emportée par le vent. Elle trouvait son propos très drôle, il faudrait qu’elle le replace un de ce jours dans une conversation. Un vampire agent de l’IRS, c’était vraiment à se tordre de rire lorsque l’on connaissait la réputation peu flatteuse des agents y travaillant. Depuis le début de sa conversation avec Darvin, Helena ne jouait pas sur la discrétion. Elle parlait sur un ton aussi habituel que celui des mortels, laissant ainsi échapper les allusions aux vampires qu’elle avait citer, d’une manière ou d’une autre, avec un risque probable qu’une oreille un peu trop proche ou aiguisé ne les entendent.

Peu lui importait, elle repartirait à un moment ou un autre… Pour ceux qui restaient, ce n’était pas son affaire… Et puis, elle n’était jamais à cours d’argument pour justifier de ses propos étranges aux plus curieux. Le plus simple, pour garder un secret, c’était de bien le mettre en évidence aux regards de tous, n’était-il pas.. ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darvin Rivebise
Vampire végétarien
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 31

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Télékinesie

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   Jeu 1 Juil - 9:41

La jeune vampire parler de la forêt et me questionner une nouvelle fois, cette fois-ci, sur la vie de cette petite ville. Je connaissais encore mal la ville en question, cela faisait trop peu de temps que j'étais arrivé pour pouvoir réellement répondre à sa questions, aussi, je me contentais d'un haussement d'épaule pour accompagner mes quelques paroles.

"J'imagine. Je ne suis pas ici depuis assez longtemps pour réellement pouvoir en juger."

Je trouvais cette vampire de plus en plus étonnante dans le sens où, si mon odorat ne m'avait pas confirmé sa nature vampirique, j'aurais pu la prendre pour une humaine banale, relativement belle, mais banale. Elle allait jusqu'à commander un dessert alors que nous n'en avions aucun besoin en me rétorquant que pour qu'un repas soit équilibré, il fallait qu'il y ait un dessert. Pour les humains, c'était une certitude, mais pour les vampires, c'était chose inutile et davantage une contrainte pour passer inaperçu au milieu des mortels. Helena était véritablement difficile à cerner.

Elle me fit enfin un discours sur les nombreux amis qu'elle s'était fait durant toutes ses années d'errances et le fait que cela pouvait changer une vie… Elle pensait ainsi que moi, sédentaire à présent, ne connaissait pas cela ? J'allais pouvoir lui prouver son erreur.

"Tu te trompe… J'ai connu cela. Une rencontre qui change une vie définitivement. "

Je baissais un peu la voix pour ne pas être entendu par les oreilles indiscrètes qui pouvaient écouter et continuais.

"Les Denali. Tu en as certainement entendu parler. Eh bien ils ont changé ma vie."

Si elle avait entendu parler des Denali, elle comprendrait certainement en quoi ils avaient changé ma vie, dans le cas contraire, je me contenterais de lui donner une brève explication. Je n'avais aucune crainte quand à parler des Denali, ils étaient loin et ne risquaient rien de la part d'une vampire comme elle.

Elle en vint finalement aux questions sur le travail des Cullen, mais je tiquais lorsqu'elle parla un peu trop ouvertement à mon goût de notre nature, suivi d'un rire des plus bruyants. J'attendais qu'elle se calme pour finalement lui répondre à voix basse, trop basse pour que ceux proche de nous puissent entendre, mais je savais qu'elle n'aurait aucun mal à m'entendre.

"Je trouve que tu fais bien peu de cas de la discrétion propre à ce que nous sommes. Tu souhaite donc que tout le monde soit au courant ? Et ainsi nous mettre tous dans l'embarras ?"


J'avais quelque peu durcis mon ton, elle parlait de plus en plus ouvertement et je n'appréciais pas cela. De telles indiscrétions pouvaient mettre en danger les Cullen et je ne le souhaitais pas. Je souhaitais avant tous protéger mes amis et j'espérais que cela suffirait à la calmer, dans le cas contraire… J'improviserais, mais il fallait réellement qu'elle cesse ses allusions à peine voilées à notre nature d'immortelle.

Dans l'attente d'une réaction, je terminais mon café en la fixant de mon regard doré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Anokvia
Vampire
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 25/02/2010

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Dédoublement

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   Sam 3 Juil - 13:57

Les Denali.. ? Si Helena connaissait les Denali.. ? Hooo… Ce brave petit vampire devrait faire attention à ne pas intervertir les rôles… C’était lui qui vivait au fin fond de la campagne la plus profonde des Etats-Unis, dans un trou tellement perdu qu’il ne devait même pas se trouver sur la moindre carte moderne digne de ce nom. Elle, venait de la ville, de la grande ville ou elle avait passé toute sa vie de mortelle… C’était un peu comme si un moine reclus dans son monastère demandait à un aventurier s’il connaissait les pays du bout du monde… Cela en était presque insultant, mais pourtant l’adolescente vampire ne s’en offusqua pas le moins du monde et elle le prouva en répondant à Darvin :

‘’Les Denali.. ? Non, je ne connais pas… Ce sont des amis à toi je présume.. ?’’

Lui avoua-t-elle son ignorance feinte avec un éclat de surprise dans le regard artificielle qui était le sien, tout en l’interrogeant afin de vérifier si le vampire allait lui raconter la vérité sur cette famille vampirique. Comment.. ? Trompeuse et fourbe.. ? Non, non, Helena était tout simplement… Malicieuse… Oui, malicieuse, voilà qui était bien. Cependant, s’il lui avait parlé des Denali en songeant à une personne qui aurait changé sa vie, la jeune vampire ne se faisait pas vraiment d’illusion sur la nature réelle de ce changement… C’était d’une tristesse… Heureusement, il restait encore quelques vampires comme elle par delà le monde, afin de perpétuer la noblesse de la race vampirique dans toute sa splendeur. Lorsqu’elle éclata de son rire, pas vraiment bruyant mais plutôt d’une nature sonore plus que généreuse, Darvin parut en être contrarié si Helena en croyait le ton sévère devenue imperceptible à l’oreille des mortels que le vampire employa à son égard avec une sévérité certaine tout en lui reprochant sa nonchalance vis-à-vis de son expression verbale sur le propos des immortels aux dents pas aussi longues que cela. Là, il commençait vraiment à aller un peu trop loin même pour une vampire aussi conciliante que l’éternelle adolescente. Le premier réflexe d’Helena, comme en témoigna la disparition soudaine de toute trace de sourire sur ses lèvres, fut de se lever et de sauter sur cet imbécile heureux qui se permettait de lui faire ainsi la morale… Mais heureusement pour lui, la jeune vampire savait se tenir lorsque cela était nécessaire… Et puis, il lui était bien plus plaisant de lui donner une leçon qui allait le remettre définitivement à sa place, tout en lui démontrant sa stupidité. Ses lèvres closes et figées finirent par s’entrouvrir à nouveau et, une fois un léger sourire revenu, Helena dit à Darvin d’un ton toujours aussi normal que précédemment :

‘’Haaann… Un vampire naïf, c’est vraiment trop mignon je trouve…’’

Pendant ce temps, la serveuse apporta enfin la part de tarte au pommes et la boite de donuts à la table des deux vampires, une venue dont l’adolescente vampire profita pour ajouter envers son compagnon de table :

‘’Regardes bien, admire et surtout, apprends… Apprends et interroge toi sur ce que tu viens si injustement de me reprocher…’’


Lorsque la serveuse déposa l’assiette contenant la part de tarte aux pommes et la boite de Donuts devant Helena, celle-ci agrippa le poignet de la jeune femme avec force, afin qu’elle ne puisse pas repartir, mais tout en douceur cependant pour ne pas lui faire de mal. La jeune vampire tourna alors son visage en direction de celui de la serveuse surprise et lui dit :

‘’Vous savez mademoiselle, je suis une vampire… Une vraie, qui mord les gens pour se nourrir de leur sang…’’

Un propos avoué d’une voix claire et nette, juste avant que Helena n’affiche à l’encontre de la serveuse un large sourire ou les deux canines, meurtrières et indéniable signe distinctif de sa condition surnaturelle, n'apparurent cependant pas un seul instant, comme il se devait de l'être avec les véritables vampires de ce monde. La serveuse parut afficher un air songeur des plus profond devant cet étrange sourire empli d’une sympathie certaine, bien que assurément imprégné d’un curieux sentiment dérangeant suite à son aveu des plus détonant. Allait-elle se mettre à crier.. ? Allait-elle fuir en hurlant toute sa terreur, en appelant un secours que personne de sensé ne lui accorderait après qu’elle ai avouée avoir parlé à une vampire adolescente.. ? La serveuse demeura silencieuse durant de longues et interminables secondes encore tandis que Helena ne cessait de lui offrir son sourire carnivore le plus assumé… Et puis, elle eu un bref haussement de sourcil…

‘’Tu viens de New York c’est ça.. ?’’

Interrogea-t-elle alors la jeune vampire, visiblement peu effrayée par la fracassante révélation de cette dernière. Helena acquiesça d’un bref hochement de tête et lui répondit :

‘’En effet, comment l’avez-vous deviné.. ?’’

L’interrogea-t-elle a son tour, visiblement pas surprise le moins de monde de cette réaction des plus étonnante au vu de la fracassante révélation en mesure de bouleverser la vision du monde que les mortels pouvaient en avoir, qu’elle venait de se voir offrir. Tandis que Helena libéra délicatement le poignée de la serveuse de son étreinte, celle-ci lui répondit d’un air redevenu naturel et presque blasé :

‘’Il n'y a que les New Yorkais pour sortir un truc pareil, ils sont tellement excentrique dans cette ville... Ou sont tes canines pointues alors, si tu es une vampire..? Ma nièce s’est prise de passion pour toutes ces âneries sur les vampires et les gothiques… Elle m’a parlé d’un dentiste à New York, qui proposait de poser des fausses canines au gens pour un prix exorbitant. Je m’en souviens parce qu'elle a demandé à ma tante de lui en offrir, mais celle-ci a eu le bon sens de refuser… C’est de la céramique ou quelque chose dans le genre, c’est ça.. ?’’

Demanda-t-elle confirmation auprès de Helena, qui lui signifia la justesse de son propos d’un nouvel hochement de la tête…

‘’Oui, c’est ça… De la céramique… C’est bien fait, vous savez mademoiselle... On dirait des vraies… J'ai déjà eu l'occasion d'en toucher une fois, c'est du solide… C’est installé comme des fausses dents en fait, c’est exactement le même principe…’’

La serveuse sembla hésiter quelques secondes, puis finalement elle se laissa aller à accepter les propos de l'adolescente vampire comme étant finalement la vérité. Après tout, si elle en avait déjà vu en vrai, alors elle savait sûrement de quoi elle parlait. L'adolescente vampire aurait bien mordu le poignet de la serveuse, mais cela aurait été un peu trop loin dans la démonstration. Il valait mieux suggérer, que prouver... Le doute, le doute était toujours l'ami du vampire, assurément.

‘’Si c'est aussi bien fait que tu le dis, alors cela doit en effet ressembler à des vraies dents de vampire j'imagine…’’

Ajouta alors la serveuse, qui sourit d'un air amusé à Helena en la voyant faire disparaître son sourire carnassier avant de couper un morceau de sa tarte aux pommes et de l’avaler goulument tout en ajoutant à l’encontre de la jeune femme :

‘’En plu’che, ch’est pas gênant du tout vous chavez…’’

La serveuse lui sourit, visiblement amusée par cette jeune fille des plus étonnante en cette petite ville qui lui paraissait parfois tellement insipide. Sans trop en avoir véritablement conscience, l'adolescente vampire lui faisait penser à sa nièce et son idée farfelue de vouloir ressembler à l'un de ces vampires de cinéma tellement... Irréaliste !

‘’Ce genre d’extravagance, c’est pour la grande ville… Les gens d’ici n’ont pas l’esprit assez ouvert pour laisser leurs enfants faire ce genre de chose… Et puis un vampire qui sort le jour et qui mange comme tous le monde, ce n’est vraiment pas crédible… Surtout sans posséder les fameuses canines pointues.. Bon appétit mademoiselle.’’

Ajouta la serveuse, avant de tourner les talons afin de reprendre son service auprès des autres clients de la salle. Helena la remercia, puis elle reporta à nouveau son regard de glace sur la personne du vampire qui venait d’assister en silence à la scène des plus surréaliste qui venait d’avoir lieu. Ses yeux se plissèrent de manière incisive, mais ce fut pour sourire fièrement à Darvin tandis qu’elle finissait d’avaler ce qu’elle avait dans la bouche…

‘’Tu as enfin compris.. ? Les gens ne croient pas aux vampires, pour eux nous ne sommes que des êtres imaginaires qui vivent la nuit et dorment le jour dans un cercueil, ne se nourrissant que de sang frais uniquement… Comme elle vient de le dire, un vampire qui sort la journée, qui n'a pas de canines pointues et qui mange comme tous les mortels, personne n’y croit, c’est totalement hors de l’image du vampire que nous connaissons tous. D’ailleurs, tu l’a vu toi-même… Je lui ai dis qui j’étais réellement… Crois moi, même avec une preuve incontestable sous les yeux, les gens ne croiront jamais que nous existons réellement. Nous ne sommes que des fantasmes à leurs yeux et notre existence est tout simplement impossible. Surtout que, comme elle nous l’as dit, les mortels sont désormais en mesure de nous imiter à la quasi perfection pour ce qui est de nos pseudos canines… Tu ne connaissais pas ce dentiste New Yorkais.. ?’’

Vraiment trop naïf… Si les Cullen l’étaient autant que lui, alors son travail auprès de cette gamine amnésique lui sera très facile. Avalant avec gourmandise une seconde bouchée de sa part de tarte aux pommes, Helena attrapa la boite de donuts et la déposa sous le nez du vampire qui lui faisait face en ajoutant :

‘’En fait, ch’i on doit pourch’uivre dans les reproches et la morale de comptoir, je dirais que ch’est toi qui attire l’attench’ion ch’ur nous en n’avalant rien… Enfiles toi quelques donut’ch’, je n’ai pas envie que les gens me regardent d’un air bizarre à cause de toi…’’

Retourna-t-elle habilement, à défaut de le faire de manière astucieuse, la situation, mettant ainsi ce vampire à la prude prudence, devant l’absurdité de son propre reproche fait à l’égard de l’adolescente vampire. Elle, était tout ce qu’il y avait de plus normale, ce qui n’était pas le cas de ce vampire moralisateur qui buvait la même tasse de café depuis le début de leur conversation… Et qui affichait sans vergogne un regard doré qui ne pouvait qu’attirer la curiosité du premier quidam venu, fut-il le plus idiot de tous.

Comme le disait le vieux proverbe, c’était vraiment l’hôpital qui se moquait de la charité.


Dernière édition par Helena Anokvia le Sam 10 Juil - 11:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darvin Rivebise
Vampire végétarien
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 23/10/2009
Age : 31

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Télékinesie

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   Mer 11 Aoû - 14:53

Folle… Cette vampire était définitivement folle à lier. Alors que je m'apprêtais à lui parler plus avant des Denalis, celle-ci se mit à me dire que j'étais naïf et à avouer sa véritable nature à tous ceux qui pouvait l'entendre, même si ses propos étaient plutôt dirigés sur la serveuse. Le plus étonnant fut la réaction de la serveuse, cette dernière semblant avoir entendu parler d'un obscure dentiste accrochant de fausses dents de vampire à la mâchoire de qui le payait suffisamment.

En les écoutants discuter, je ne pu qu'afficher une mine dépitée en secouant la tête. Je m'avouais vaincu cette fois-ci, que pouvais-je ajouter face à cette vampire sûre d'elle, comédienne au possible, irritante autant que faire se pouvait et surtout sans la moindre gêne de quelque forme que ce soit.

Je ne répondis pas à sa question sur le dentiste New Yorkais. J'ignorais même tout de ce dentiste farfelue et je me contrefichais bien de lui à vrai dire. Sans dire un mot, je pris un donuts dans le paquet qu'elle me tendait et le grignotais en ruminant quelque peu tout ce qu'il venait de se passer, et en cherchant quelque chose à rétorquer.

"Tu es folle…" me contentais-je de dire, encore en pleine réflexion.

Je ne m'étais encore jamais retrouvé dans cette situation. Il fallait bien avouer qu'elle était nettement plus douée que moi dans les domaines ayant trait à la comédie et à la manipulation.

"Très bien. Je m'avoue vaincu… Oublions les reproches que je t'ai fais, ils n'avaient visiblement aucun lieu d'être étant donné le talent dont tu fais preuve."

Je lui accordais cette victoire pour le moment. Je n'avais pas le choix.

"Qui t'as appris tout cela ? Je veux dire… De qui tiens-tu ce talent ?"

C'était une façon détournée de demander qui l'avait faite vampire, car je supposais que c'étais d'elle, ou d'une personne rencontrée peu après, qu'elle avait du apprendre tout ce qu'elle savait. Dans l'intervalle, je grignotais plusieurs donuts, plus pour passer le temps et avoir l'air normal qu'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helena Anokvia
Vampire
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 25/02/2010

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Dédoublement

MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   Mar 17 Aoû - 12:56

‘’La folie, c’est la preuve que l’on est encore vivant !’’

Rétorqua Helena, au vampire visiblement désarmée face à son audace et sa témérité. La jeune vampire parut plutôt satisfaite de cette remarque qu’elle prit visiblement comme un compliment, même si ce n’était pas là l’intention première de Darvin. Son regard s’illumina d’un sourire généreux, tandis que son œil droit se ferma brièvement afin d’exécuter un clin d’œil Taquin au vampire un peu trop coincé selon elle.

‘’Ce n’est pas parce que nous sommes en… Comment dire ça… En… En stand by… Oui, voilà… Ce n’est pas parce que nous sommes actuellement en stand by, que l’on doit devenir aussi terne qu’un mur de prison et aussi triste que la porte de cette même prison. Je te pose la question Darvin, Je peux t’appeler Darvin n’est-ce pas.. ? Pourquoi vivre, si c’est pour se retirer du monde.. ? Ou est l’intérêt d’être ce que nous sommes, si c’est pour se cloîtrer comme des rats apeurés.. ? Et je ne te parle même pas de ces vampires hautains et prétentieux qui s’imaginent être au-dessus des mortels, au point de ne pas vouloir se mêler à eux … Je te le dis très franchement, certains feraient mieux de se souvenir d’où ils viennent au lieu de snober les mortels comme s’ils n’étaient que des êtres insignifiants… C’est vrai qu’ils le sont cela dit, mais cela n’empêche pas qu’ils sont parfois très sympathique…’’

Et délicieux… Complètement naïfs et inconscients, mais délicieux… Le passage critique sur les vampires visait sans doute une grande majorité de vampires, mais dans les faits c’était avant tout une remarque assassine à l’encontre des Volturi, cette soi disant famille ‘’royale’’ de vampires qui s’était, Helena ne savait trop comment en réalité, arrogée le droit de leur dicter leur conduite à tous. La vampire les craignait, sans doute comme tous ses semblables, mais en aucun cas elle ne les respectaient et de fait, elle ne ratait pas une occasion de désobéir à leurs lois stupides et sans aucun intérêt légitime. Ils étaient ancien.. ? Et alors.. ? Les vieux, on les mettait dans un hospice et on leur apportait des fleurs le dimanche, afin de remplir son devoir de respect.

Quoi qu’il en soit, il était d’une évidence certaine que Helena était plutôt fière d’être folle et son sourie même témoignait de façon assez désarmante de cette fierté incongrue au yeux de la plupart des gens. Mais les gens, qui s’en souciait.. ? Certainement, pas elle, assurément… Le vampire des champs finit par s’en convaincre apparemment, car il finit par concéder à la vampire la justesse et la légitimité de son comportement. Comme quoi, il n’était peut-être pas aussi irrécupérable que cela en fin de compte. Mieux même, ils avait sagement décidé de lui obéir en avalant placidement quelques donuts… Un meilleur jeu d’acteur de sa part aurait été souhaitable, mais même s’il paraissait très clairement manger sans âme, il faisait au moins, un effort… Helena savait reconnaître les efforts et c’est pourquoi elle accepta de répondre à sa dernière interrogation la concernant, sans trop faire de complication. Elle pouvait lui en parler, sans pour autant lui donner trop de détails… Songeuse, la vampire avala une nouvelle portion de sa tarte au pommes et la mâchonna durant de longues secondes au cours desquelles son regard sembla se perdre dans une contemplation perdue. Puis, elle lui répondit :

‘’Ce n’est pas à proprement parler un talent, c’est plutôt de la psychologie inversée… Dire aux autres ce que l’on est, afin qu’ils pensent tous le contraire. Par exemple, imaginons que tu vis à côté d’une personne au comportement étrange… Mais vraiment, vraiment, vraiment étrange… On te diras qu’elle est folle, ou bien encore que c’est sûrement un extraterrestre… Maintenant, imaginons que cette personne te dise que, en effet, elle est un extraterrestre qui vient de la planète XY et qu’elle est venue sur Terre afin d’étudier la vie et le comportement des humains… Bien évidemment, tu ne la croira pas car, outre le faits que tu ne penses pas réellement que des extraterrestres puissent venir sur Terre comme des simple touristes, tu t’imaginerais encore moins que l’un d’en entres te dévoile sa véritable nature… Au final, tu continuerais simplement de la considérais comme quelqu’un d’étrange. C’est le même principe pour nous, rien de plus.’’

Helena stoppa son explication brièvement afin d’avaler une gorgée de son soda pétillant, puis elle poursuivit sa réponse au vampire curieux…

‘’Néanmoins, il est vrai que cela ne s’apprend pas tout seul, il faut y être initié pour pouvoir en tirer véritablement parti. J’imagine que ce ne sera pas une réelle surprise pour toi, mais c’est la personne qui m’a faite vampire qui m’a enseignée tout cela… Une personne très intelligente, tu peux me croire… Et qui ne se cachait pas des mortels, elle… Un jour, c’est moi qui transmettrais son savoir. Mais pour cela, il faudrait que je trouve quelqu’un, non seulement digne de devenir l’un des nôtres, mais aussi digne de devenir l’un des miens… Et là, les critères sont nettement plus élevés, tu peux me croire sur parole.’’


Lorsqu’elle évoqua le souvenir de celle qui lui avait tout appris, Helena sembla redevenir une toute petite fille remplit d’admiration pour sa mère. Son sourire était à la limite de ce qu’elle considérerait comme niais et son regard d’un bleu glacé se perdit lascivement dans le vide qui l’entourait… Plus de regard de prédateur, de sourire inquiétant… Simplement, une innocente jeune fille rêveuse. Mais cet état de grâce et de fragilité typiquement mortelle ne dura guère de temps et très rapidement la vampire redevint ce qu’elle était habituellement… Une image déformée, de ce qu’elle avait été autrefois.

‘’Enfin, voilà quoi…’’

Conclu-t-elle dans un soupir las, tout en enfournant les des derniers morceaux de sa tarte aux pommes dans sa bouche.

‘’Mais je parles, je parles… Tu ne devais pas me parler de tes amis.. ? Ces fameux Denali…’’

Il en était fini du temps des confidences la concernant, désormais on revenait au seul véritable sujet digne d’intérêt… Sa mission !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand on arrive en ville...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on arrive en ville...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand on arrive en ville[terminé]
» « Quand on arrive en ville. »
» Quand on arrive en ville! Cassie Johnson | Terminée
» Quand on arrive en ville ...
» Quand on arrive en ville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Twilight :: RPG: Forks :: La ville-
Sauter vers: