AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionPortail

Partagez | 
 

 Visite de bon voisinage...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Helena Anokvia
Vampire


Messages : 50
Date d'inscription : 25/02/2010

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Dédoublement

MessageSujet: Visite de bon voisinage...   Jeu 9 Juin - 15:16

Rendre une visite de courtoisie à des gens, voilà une chose que Helena n’avait plus fait depuis bien longtemps maintenant… Depuis qu’elle était devenue une vampire, les quelques visites de ce genre qu’elle avait pu faire s’étaient toujours terminés d’une façon un peu… Comment dire.. ? Mordante, oui… Il semblerait que ce terme soit effectivement celui qui convenait le mieux à la finalité de ces quelques visites autrefois passés. Mais n’allez pas croire que l’adolescente vampire était un monstre de cruauté, bien au contraire… Jamais, elle ne séparait les familles, elle mettait un véritable point d’honneur à laisser les familles soudés, quelque soit le nombre de générations présentes lors de ses visites… La famille, il n’y avait rien de plus important, elle ne le savait que trop bien, assurément.

Comme l’aurait certainement dit le grand Darwin lui-même, ce n’était ni bien, ni mal, ce n’était que la sélection naturelle réduite à son expression la plus pure… Un grand homme ce Charles Darwin, dommage qu’il ai eu la malchance de ne jamais croiser la route d’un des semblables de la petite vampire, qui aurait pu ainsi lui offrir la chance d’enseigner au monde de telles leçons essentielles durant encore plusieurs siècles.

Mais cette fois-ci, il s’agissait d’une visite de courtoisie à l’ancienne, avec les sourires, le compliments sur les enfants, la maison et sa décoration… En résumé, une visite de courtoisie semblable à toutes celles que l’on se faisait régulièrement lorsque l’on était des voisins proches. Pour l’occasion, l’adolescente vampire s’était pomponner longuement afin de resplendir. Elle ne devait pas faire mauvaise impression sur la toute première famille de vampire qu’elle rencontrait après tout, Elle s’était maquillée patiemment, ornant ses paupière d’un léger vert clair cramoisi afin de faire ressortir l’éclat écarlate de ses iris sanglants. Ses yeux avaient été fardés d’une très fine épaisseur de noir, soulignant ainsi encore un peu plus l’attirance naturelle de son regard de prédatrice ultime. Elle y avait aussi ajouté une point de fard à joues, afin de rosir tendrement son visage habituellement laiteux. Pour finir, elle s’était même autorisé à caresser ses lèvres délicieusement affamées d’un rouge d’aspect vif mais toutefois non provoquant.

Bien entendu, se faire physiquement jolie n’aurait été d’aucune utilité si Helena n’avait pas porté une tenue qui se devait d’être à la hauteur. C’est pourquoi, elle avait été faire quelques emplettes la nuit dernière, tout en allant se nourrir. De son shopping nocturne, la jeune vampire avait rapporté un magnifique bracelet en argent orné de breloques s’entrechoquant à chacun de ses gestes, ainsi qu’une paire de boucles d’oreilles du même métal précieux, des pendants ou deux ou trois courtes plumes se chevauchaient en une soyeuse cascade duveteuse. A cela, elle ajouta un pendentif ras-de-cou ou oscillait délicatement un petit cœur argenté au rythme de ses pas. Du côté vestimentaire, Helena avait opté pour une robe d’un bleu clair légèrement assombri, drapée en une succession de couches de tissus, donnant ainsi une impression de noblesse et descendant jusqu’à la limite de ses talons. Un broche en argent et incrustée de petites pierres violette ornait l’espace juste au dessus de son cœur désormais éteint, représentant un adorable petit couple d’ourson tendrement enlacé, devant un cœur au sommet enrubanné. Les manches longues de la robe descendaient le long de ses bras en les enserrant au plus près jusqu’au dessus de la main, retenues à celle-ci par un fin anneau de tissus glissé aux index respectifs de chacune de ses deux mains. Pour finir de compléter l’ensemble, l’adolescente vampire enfila enfin une paire d’escarpin à talon aiguilles, d’un bleu harmonisé à celui de sa robe.

Voilà… Un dernier regard dans le miroir comme toute coquette digne de ce nom… Parfaite, elle était absolument parfaite, une véritable dame, assurément. Après un dernier passage de main rapide dans ses cheveux, Helena quitta enfin sa chambre d’hôtel minable en emportant sous son bras un petit carton ou de curieux petits bruits se faisaient parfois entendre.

Empruntant la voiture de l’homme qui avait croiser sa route lors de son arrivée en ville, l’adolescente vampire roula en direction de l’adresse que Carlisle lui avait donné la veille afin qu’elle puisse répondre favorablement à sa généreuse invitation. Lui et sa famille de dégénérés vivaient apparemment loin de la ville, ce qui conforta la petite vampire dans le pathétique de ces soi-disant vampires qui n’osaient même pas se mélanger à ceux qui devraient normalement être leurs proies. Triste, elle trouvait cela triste et, quelque part, elle avait presque de la peine pour Carlisle et sa pseudo famille. En cours de route, Helena vit passer un véhicule de la police local et elle se dit alors en son for intérieur qu’elle ne devrait pas tarder à se débarrasser de sa voiture, avant que cette dernière ne découvre le cadavre laissé sur le bas côté de la route, juste à l’entrée de la ville.

Après quelques dizaines de minutes, l’adolescente vampire arriva enfin à destination…Pour un endroit isolé, les Cullen vivaient vraiment dans un endroit isolé, cela en était presque effrayant. Stoppant son véhicule devant la demeure de la famille de vampire, Helena quitta le véhicule et en sortit le petit carton au mystérieux contenu, avant de s’émerveiller devant la magnificence de cette maison étrangement lumineuse pour des vampires. Mais quoi qu’il en soit, la petite vampire aimait beaucoup ce style et elle n’aurait pas été contre le fait de vivre dans un tel palace, sans le moindre doute. Passant une main sur sa robe afin de faire disparaître les éventuels froissements dû à son transport automobile, l’adolescente vampire s’avança en direction de la porte d’entrée et sonna délicatement afin de prévenir de son arrivée. Même si elle savait parfaitement ou elle mettait les pieds, Helena devait bien admettre qu’elle était un tout petit peu stressée… Après tout, c’était la première fois qu’elle allait rencontrer une ‘’vraie’’ famille de vampire, et plus encore, une ‘’vraie’’ maman officielle vampire… C’était un peu bête à dire, mais même si elle ne se l’avouait pas vraiment, cette idée la dérangeait quelque peu.

Lorsque enfin la porte de la demeure de Cullen s’ouvrit et qu’elle vit apparaître le charmant médecin de la veille sur le seuil, Helena lui offrit un généreux sourire sans prêter attention au fait qu’elle exposait généreusement ses adorable petites canines aiguisées.

‘’Bonjour docteur Cullen, comme promis je suis venue vous rendre une petite visite de courtoisie, à vous et à vôtre famille… Tenez, c’est pour vous, j’espère que vous apprécierez… Comme je ne savais pas combien vous étiez exactement dans votre famille, j’en ai apporté un peu moins d’une dizaine pour être certaine de ne léser personne…’’


Commença-t-elle alors à lui dire, juste avant de lui tendre franchement le mystérieux carton ou des frottements discrets se faisaient à nouveau entendre… Que croyez-vous, la petite vampire avait aussi des manières, elle savait parfaitement que l’on n’allait jamais chez les gens les mains vides, c’était d’une indélicatesse totale, assurément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lyra Broomwich
Vampire


Messages : 85
Date d'inscription : 03/07/2009
Localisation : au recoin d'une mémoire, dans les méandres du souvenir...

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Invisibilité

MessageSujet: Re: Visite de bon voisinage...   Dim 31 Juil - 18:21

Depuis plusieurs jours déjà, je tentais de m’habituer à ces nouveaux vêtements qui faisaient la joie des jeunes filles d’aujourd’hui. Je déambulais dans les rues de Forks pour m’accoutumer à des petits talons et à la légèreté d’une robe moderne.

Je rejoignis ma chambre d’hôtel un peu après le milieu de journée. La marche était devenue un véritable exercice pour mes jambes, mais je n'en souffrais pas, il y avait bien longtemps que je ne souffrais plus.

Et en parlant de souffrance… J’avais, cet après-midi, décidé d’aller voir des amis. Je voulais rencontrer la famille de Carlisle, voir et parler avec sa femme, ses enfants, apprendre quel bon père il était – car j’en étais sûre, Carlisle ne pouvait qu’être bon parent – et peut être savoir ce qu’il avait fait tout ce temps où nous étions séparés, sans nouvelle l’un de l’autre.

Je passais à la salle de bain et fit une légère toilette, après tout, je n’étais pas le genre à me salir lorsque le besoin n’était pas. Je brossai soigneusement mes cheveux, nettoyai un peu mon visage à l’eau claire. Je pris après cela un crayon noir dont les tracés isolaient mes prunelles rubis, et un mascara pour embellir mon regard. J’avais pris soin de me nourrir quelques jours plus tôt et je n’avais nullement besoin de sang pour le moment.
Je laissais mes lèvres et mes joues nues de tout artifice et me contemplai un instant dans le miroir de la chambre, fixé à la porte de l’armoire.

Je portais une longue robe rouge foncée, dont le col ne tenait que par un lacet noué dans la nuque, et au dos nu. Elle descendait jusque sur mes chevilles, par-dessus, j’avais opté pour un boléro en dentelle noire, très léger, aux manches évasées et aux bords ondulés. Ce dernier voyait ses fils tisser des motifs floraux, des roses noires.

Aux pieds, j’avais décidé de porter des escarpins avec très peu de talon et aérées. J’avais voulu trouver des chaussures qui tenaient bien aux pieds et qui restaient élégantes. Pour ce qui était des bijoux, j’avais toujours un petit crucifix en or autour du cou, dernier et seul souvenir laissé par les miens peu avant ma chute.


Avant de sortir, j’avais regardé par la fenêtre pour voir comment les habitants de ce lieu pittoresque s’habillaient. Après quoi je pris un manteau léger mais chaud, noir, se fermant avec des boutons et une ceinture large.
J’arpentai les rues à pieds, quittai le centre-ville. Je réalisais pendant le trajet que je n’avais rien à leur offrir, que j’arrivai les mains vides. Tant pis. Je me dirigeai droit vers chez les Cullen. Dès que je pus, je quittai l’enceinte de la ville et passai dans la forêt. Je pus rouvrir ce manteau dont le col était fort inconfortable et marchai à allure surnaturelle entre les troncs. Oh, je n’étais pas pressée, je prenais mon temps et regardais les alentours, inspirais les senteurs naturelles des plantes et des roches…

Jusqu’à ce que, quelques minutes plus tard, je vis le sentier qui menait chez Carlisle et les siens. Je m’avançai hors du couvert des arbres. La terre humide avait imprimé des empreintes de roues. Une voiture était passée ici. Tout juste avant mon arrivée visiblement.

Arriverais-je au mauvais moment ? me demandai-je.

Je décidai de laisser ma curiosité prendre le dessus. Je suivis le sentier et les traces de roues.

Quelques instants plus tard, j’arrivai devant l’immense maison habitée par les Cullen. Je ne voyais pas beaucoup d’activité depuis l’endroit où j’étais. Y avait-il quelqu'un dans la demeure ? Sans doute...

Allaient-ils me laisser entrer ? La famille m’accueillerait-elle sans animosité ? et les humains qui étaient présents à l’anniversaire de mon ami allaient-il être là ? Je ne voulais pas de tension…
Mais, à mon grand soulagement, je ne sentais aucune odeur de sang dans cette maison, ce qui signifiait qu’il n’y avait aucun vivant…

Mes yeux furent happés par des mouvements devant la maison. La voiture venait tout juste de se garer. Une jeune femme habillée de bleu en était sortie. Avec un carton… Un carton qui sentait étrangement, le sang animal.

Que de souvenirs.

Elle s’avança à la porte. Le vent de face, elle ne pouvait pas me sentir mais moi je pouvais percevoir son odeur.

Que faisait-elle là ? Décidément, les vampires « carnivores » se donnaient rendez-vous ici ! Quel lien avait-elle avec Carlisle ? Je n’étais pas rassurée.

J’arrivais dans le plus grand silence derrière elle tandis qu’elle offrait son carton à mon vieil ami. Je m’avançai tout en saluant Carlisle de cette petite taquinerie.

- Et bien, très cher, je vois que vous êtes bien occupé. Les femmes s’accaparent votre personne ! souris-je gentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carlisle Cullen
Famille Cullen: Admin


Messages : 976
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 376
Localisation : Forks

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Résistance à l'attrait du sang et compassion

MessageSujet: Re: Visite de bon voisinage...   Mar 2 Aoû - 20:27

(HJ: Toutes mes excuses pour le délai (encore lol) Helena, j'ai eu deux mois vraiment chargés. ça ira mieux en Aout !)

Le soleil se leva sur un jour morne et gris comme d’habitude. Je me levais et m’étirais dans une position qui aurait fait sourire Esmée si elle avait été là. Mais elle était déjà partie. La maison qu’elle devait visiter se situait près de Hoquiam, aussi, elle avait dû quitter la maison assez tôt. Mon regard se perdit quelques instants dans le ciel nuageux. Je repensais à la rencontre que j’avais fait la veille. Qui était donc cette étrange vampire ? Que nous voulait-elle réellement ?
Ces derniers temps, je devenais plus méfiant. Depuis que nous avions une humaine à protéger, et puis avec tout ce qui était arrivé récemment, ma confiance n’était plus acquise d’avance. Enfin, il fallait l’avouer, elle était partie sur le mauvais pied en me rencontrant directement à l’hôpital. Il était vrai qu’elle avait démontré une retenu exemplaire mais ce n’était pas la rencontre la plus simple qu’elle aurait pu imaginer.
Cependant, elle avait assez piqué ma curiosité pour que j’accepte de l’inviter à la maison. Dès mon retour, j’en avais parlé aux autres, et malheureusement aucun ne pouvait être présent. Durant la journée du moins.
Soit. Je serais seul.
Tant pis.

Je me levais du fauteuil où je venais de passer les cinq dernières heures de la nuit, posais mon livre et éteignis la télé où CNN donnait les dernières informations. Les « enfants » commençaient à bouger eux aussi pour se préparer à aller au lycée. Pour ma part, je montais me changer dans ma chambre, hésitant quelques secondes sur le code vestimentaire à adopter. Je choisis des vêtements agréables à porter tout en étant convenables. Suite à ma douche, je passais donc un pantalon noir en coton retenu par une ceinture de grande marque, ainsi qu’une chemise blanche à laquelle je laissais les deux boutons du haut ouvert pour paraître décontracté. J’hésitais à passer un gilet pour aller avec le temps, mais je n’en vis pas la nécessité.
Je mis en place mes cheveux en arrière comme à l’accoutumée, et une fois prêt, je me rendis dans mon bureau.
Je commençais ma journée par vérifier mes mails. Comme chaque jour, je recevais des questions d’élèves ou d’internes, et parfois même de patients ou de familles qui avaient réussis à obtenir mon adresse. Je mettais un point d’honneur à répondre à chacun, parfois même écrivant la nuit et envoyant le message dès que l’heure devenait plus « humaine ». Ensuite je m’attelais à quelques cas cliniques pour compléter ma formation. J’estimais que toute ma vie durant, je n’aurais jamais atteint un niveau parfait dans la pratique de la médecine. Il y avait toujours des nouvelles choses à apprendre et à découvrir. C’était le deuxième point qui rendait ce métier aussi passionnant, après celui de sauver des vies.
Je ne vis pas le temps passer ni même le soleil se lever haut dans le ciel derrière les nuages, puis redescendre lentement. Au début de l’après midi je décidais de faire une pause. Apparemment, Helena avait décidé de venir en soirée, ce qui au moins me permettrait de ne pas être seul.
Je descendis au salon pour me changer les idées en reprenant mon livre « Un monde sans fin » de Ken Follet. Au bout de quarante minutes, un bruit de voiture attira mon attention. Ah ! Se pouvait-il que ce soit elle ? Elle m’étonnait de nouveau à arriver avec un moyen de locomotion. Je me la serais plus imaginée venir à pied…
Je mis quelques secondes à aller ouvrir la porte lorsque celle-ci sonna. Je ne voulais pas montrer que j’étais attentif à son arrivée.

La jeune fille que je découvris en ouvrant la porte n’avait quasiment rien à voir avec celle de la veille. De son teint d’albâtre juraient des cils d’un noir foncé qui encadraient deux rubis purs. Elle avait apparemment fait des efforts vestimentaires pour cette rencontre. La robe qu’elle avait choisie n’aurait rien à envier à certaines robes de soirées mondaines et le nombre de ses bijoux aussi. N’avait-elle pas exagéré un peu ? Cependant, je devais avouer que le bleu lui allait à merveille.
Je lui offris un sourire en réponse au sien alors que mon regard allait sur le carton sous son bras.

‘’Bonjour docteur Cullen, comme promis je suis venue vous rendre une petite visite de courtoisie, à vous et à vôtre famille… Tenez, c’est pour vous, j’espère que vous apprécierez… Comme je ne savais pas combien vous étiez exactement dans votre famille, j’en ai apporté un peu moins d’une dizaine pour être certaine de ne léser personne…’’

- Bienvenue… Je tendis la main pour prendre le paquet où des miaulements discrets se faisaient entendre. Je me retins pour ne pas lever les yeux au ciel et gardait mon sourire. Et merci. Je vous en prie, entrez…

Je m’effaçais pour la laisser passer quand le vent tourna et m’apporta une odeur que je reconnaîtrais entre mille. Une odeur que j’avais retrouvée après des siècles de séparation, le jour de mon anniversaire. Et puis une nouvelle fois, lors de cette nuit affreuse… Ce qui me rappelait d’ailleurs que je ne l’avais jamais remerciée. Mon amie. Mon éternelle confidente. Lyra.
Mon regard se porta sur elle, soudain plantée juste derrière Helena. Elle était habillée tout aussi bien que mon invitée du jour. Je retins un hoquet de surprise en voyant ses nouveaux vêtements. Autant, lors de mon anniversaire, elle m’était apparue tel un fantôme du passé, portant encore une robe typique du 18é, autant là, elle paraissait être une dame de bonne famille qui va à une réception. Elle était magnifique mais je n’en laissais rien paraître trop habitué à mon flegme typiquement british.
Je ne pus cependant éviter un doux sourire en voyant le collier à son cou. Je le lui avais toujours connu, comme si elle était née avec. Et sa vision emplit mon cerveau de tonnes de souvenirs aussi joyeux que tristes.

- Et bien, très cher, je vois que vous êtes bien occupé. Les femmes s’accaparent votre personne !
- Il semble en effet que je vais être bien accompagné aujourd’hui. Pouffais-je.

Inconsciemment j’avais repris mon accent anglais, perdu depuis bien longtemps mais que je possédais encore à l’époque où je l’avais rencontrée. Je m’inclinais légèrement devant elle comme autrefois et l’encourageais à entrer. Lorsque ce fut fait, je refermais la porte et me retournais vers les deux femmes qui occupaient à présent le salon. Les voir toutes les deux dans la même pièce me donnait un sentiment de faille temporelle assez étrange.

- Helena, je vous présente Lyra. Lyra, Helena.

Ne connaissant rien sur Helena, je ne pouvais pas la présenter outre mesure. Quand à Lyra, elle était bien assez grande pour se présenter elle-même et je ne voulais pas en privilégier une sur l’autre. J’étais par ailleurs assez curieux des termes qu’elle emploierait.

- Asseyez-vous, je vous en prie.

J’allais poser la boîte contenant les chatons dans un coin avant de revenir dans le salon pour m’asseoir dans un fauteuil.

- Bien… Que me vaut ces charmantes visites alors ?

†•´*¤*' •††•´*¤*' •†
†•´*¤*' •†Carlisle's fascination †•´*¤*' •† †•´*¤*' •†Peter Facinelli France †•´*¤*' •†
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://univers.twilight-vampire.com
Helena Anokvia
Vampire


Messages : 50
Date d'inscription : 25/02/2010

Carte d'identité
Condition: Vampire
Don: Dédoublement

MessageSujet: Re: Visite de bon voisinage...   Jeu 18 Aoû - 14:12

Bien que quelque peu surpris, le docteur Cullen paraissait avoir apprécié le geste généreux de l’adolescente vampire. Elle en fut fort aise, d’autant plus qu’elle avait passé un temps fou dans cette animalerie la nuit dernière, afin de choisir les meilleurs chaton possible… Lorsqu’elle faisait un cadeau à quelqu’un, Helena ne se moquait pas du monde, c’était certain ! Elle vit aussi son regard se porter sur sa précieuse personne et un sentiment de satisfaction personnelle l’envahit alors. C’était vrai après tout, elle était très jolie aujourd’hui, bien plus que d’habitude en fait.

Lorsque la voix d’une femme inconnue résonna dans son dos, la petite vampire crispa très légèrement ses lèvres en laissant brièvement apparaître ses deux canines effilées et l’écarlate de son regard sembla déborder de ses lentilles de contact imitant ce bleu qui fut autrefois le sien, lorsqu’elle écarquilla tout aussi fugacement son regard. Elle ne l’avait pas senti approcher, ce qui signifiait que cette vampire, qui affichait très clairement son appétit carnivore au travers de ses iris rougeoyantes, devait être bien plus âgée qu’elle. Si cela n’avait pas été le cas, jamais Helena ne se serait laissé surprendre de la sorte par un vampire qui serait plus ou moins son équivalent.

L’espace d’un instant elle songea que cette invitation n’était qu’un piège destiné à se débarrasser d’elle, mais très vite elle se ravisa en entendant l’échange qui eu lieu entre cette inconnue et Carlisle. Ils se connaissait visiblement… Une simple visite résultant du hasard le plus pur qui soit.. ? Oui, sans doute… Helena se trouva soudain bien stupide d’avoir pensé au pire. Elle avait bien étudié les membres de la famille Cullen, sur le papier tout au moins et elle avait rapidement compris qu’ils n’étaient pas du genre à mettre sur pied un tel stratagème des plus sournois. Toutefois, cette visiteuse inattendue la dérangeait ouvertement même si elle n’en laissa rien paraître devant les deux vampires visiblement amis de longue date.

En fait, Helena eu l’impression que ce bon docteur faisait quelque peu le beau devant cette femme vampire, honnêtement pas terrible physiquement parlant, selon elle. Enfin, peut-être qu’elle l’était pour un vieux comme lui après tout… Et puis c’était bien connu, les hommes mariés avaient l’indélicate tendance à faire le paon devant les femmes autres que la leur. Mais qu’importe, ce n’était pas ses affaires et elle avait bien plus important à faire que de s’occuper de cela. A l’invitation du vampire elle pénétra dans la maison et rapidement l’adolescente vampire commença à en faire les tour du regard. Il n’y avait pas à dire, c’était vraiment une belle maison… Un instant, Helena se demanda combien de gens Carlisle avait pu tuer, pour avoir l’argent nécessaire à cet achat immobilier.

Celui-ci invita les deux vampires, la jeune et belle, ainsi que…l’autre, à prendre place dans le salon. Pour sa part, Helena s’installa dans l’un des fauteuils présent dans la pièce. Il était hors de question qu’elle s’installe sur le canapé auprès d’une vampire dont elle ignorait tout, même si dans les faits elle pensait ne rien risquer de bien dommageable vu leur hôte. Celui-ci les présenta l’une à l’autre, lui apprenant par là même que la vampire se prénommait Lyra.

‘’Enchantée de faire votre connaissance Lyra. On dirait que vous connaissez le docteur Cullen depuis longtemps, n’est-ce pas.. ?’’

L’interrogea-t-elle, afin d’avoir la confirmation de ce qu’elle pensait déjà. Mais c’était quoi ce prénom ridicule et vieillot en plus.. ? Lyra.. ? Décidément, aussi moche que celle qui le portait, sans le moindre doute. Il était difficile de déterminer si des pensées aussi néfastes à l’encontre de la vampire étaient le fruit d’une jalousie propre à une adolescente qui ne deviendrait jamais véritablement une femme, ou bien si ces dernières n’étaient que le fruit de la contrariété que sa seule présence faisait naître en elle. Heureusement, Helena prenait bien soin de ne rien en laisser paraître devant les deux autre vampires qui l’accompagnaient. Lorsque Carlisle leur demanda les raisons de leur visite respective, l’adolescente vampire tourna son regard faussement bleutée dans sa direction et lui dit :

‘’Voyons docteur… C’est vous même qui m’avait invitée à venir vous rendre une petite visite, à vous et à votre charmante famille, vous avez déjà oublié.. ?’’

Helena lui sourit poliment, mais intérieurement elle se demanda si celui-ci n’était pas un peu gâteux sur les bords… Visiblement, même pour un vampire ce n’était pas joli, joli, de vieillir un peu trop…

‘’Vos enfants doivent encore être à l’école, mais votre épouse n’est pas chez vous docteur.. ?’’

Renchérit-elle, n’ayant ressentit aucune autre présence dans cette maison que celle des deux vampires présent. Un instant, Helena se demanda si Carlisle ne voulait pas lui dissimuler sa famille et notamment sa femme. Que croyait-il.. ? Qu’elle voulait leur faire du mal.. ? Quelle idée stupide, ce n’était pas eux qui l’intéressait… Même si, la jeune vampire se devait bien de l’avouer, ‘’maman’’ Cullen l’intriguait au plus haut point, au même titre que ce qu’elle considérait, de son point de vue, comme une mascarade familiale uniquement destinée à tromper les mortels.

‘’Quelle dommage, j’aurais tant aimée faire sa connaissance…’’

Lâcha-t-elle encore, dans un soupir de déception.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite de bon voisinage...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite de bon voisinage...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia
» le forum de claude ! une visite s'impose les ami(e)s! merci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Univers Twilight :: RPG: Forks :: Résidence des Cullen-
Sauter vers: